Violences faites aux femmes : on peut tous aider

Le contenu initialement publié sur ce post a disparu… Il faisait suite à une discussion avec un ami dont la nounou était battue par son mari. Revoici au moins l’essentiel. Les violences faites aux femmes sont l’affaire de tous.

DE QUOI PARLE-T-ON ?
Multiples, les violences sont punies par la loi en France : les violences physiques, psychologiques, sexuelles, conjugales ; les mariages forcés et précoces ; les mutilations sexuelles ; les pratiques locales d’autres pays qui peuvent mettre en danger la santé et/ou la vie des femmes et des filles. Ce, tant au sein du couple que de la famille, au travail, dans l’espace public.

QUI CONTACTER ?
Les contacts qui suivent sont pour tous : femmes et jeunes filles victimes de toutes formes de violences, ainsi que proches, familles, amis… qui souhaitent avoir des informations ou des conseils pour mieux entourer une personne qui en a subies.
– Violences Femmes Info : 3919, « le » numéro d’écoute, d’information et d’orientation anonyme et gratuit depuis un poste fixe et mobile de toute la France, Outre-Mer inclus. Du lundi au vendredi de 9 h à 22 h, les samedis, dimanches et jours fériés de 9 h à 18 h.
– Le Centre national d’information sur les droits des femmes et des familles http://www.infofemmes.com/ et 01 42 17 12 00. Pour connaître les coordonnées du centre le plus proche de chez vous, rendez-vous sur http://www.infofemmes.com/v2/p/Contact/Liste-des-CIDFF/73 ou appelez le numéro précité.
– Le GAMS : federationgams.org et 01 43 48 10 87. Accueil, information, orientation, accompagnement et prévention relatives à toutes violences, particulièrement les mariages forcés et les mutilations sexuelles.
– Le comité contre l’esclavage moderne et la traite des êtres humains : 01 44 52 88 90 et http://www.esclavagemoderne.org

EN CAS D’URGENCE
– Le 17 : pour joindre la police et la gendarmerie.
– Le 112 : numéro d’appel pour accéder aux services d’urgence, valable dans l’Union européenne.
Le 15 ou SAMU : en cas d’urgences médicales.
Le 18 : pour joindre les pompiers.
Le 114 : par SMS et fax uniquement, pour les personnes sourdes ou malentendantes victimes ou témoins d’une situation d’urgence. Le 114 relaie ensuite vers les services de secours adaptés en fonction de la demande (remplace les 15, 17 et 18).

EN SAVOIR PLUS
Stop violences femmes : le site http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr/

 

Publicités

Violences sexuelles en RDC : création ‘Rentrez chez vous et racontez’

Depuis plus de 20 ans, l’est du Congo est ravagé par des combats sans fin entre milices et bandes armées. Les femmes et les enfants en sont les premières victimes, détruites de l’intérieur par des violences sexuelles insoutenables. En France, deux comédiens âgés de 27 ans – Claudia Mongumu* et Charles Meunier* – sont leur relais et donnent leurs voix depuis près de 4 ans à celles et ceux qui n’en ont pas. Des voix pudiques et brutes à entendre lors du colloque «Viols, armes de guerre : pour un tribunal pénal international en République démocratique du Congo (RDC) », le 9 mars à Paris. Photos et entretien croisé avec les deux interprètes autour d’une création engagée : Rentrez chez vous et racontez.

Claudia Mongumu/Charles Meunier, 7 mars 2016, repetition Rentrez chez vous et racontez
Claudia Mongumu & Charles Meunier © Virginie de Galzain

• Comment est né Rentrez chez vous et racontez ?
Claudia : Rentrez chez vous et racontez a vu le jour dans le cadre de Créer pour agir, un événement organisé en novembre 2012 par l’association Voix/es Alternatives que j’ai co-fondée la même année. Il est né de la volonté de dénoncer l’utilisation de violences et mutilations sexuelles comme arme de guerre, une arme de « destruction massive de la femme, de la famille, de la communauté » comme le dit le docteur Denis Mukwege*, notamment au Congo. Un Congo déstabilisé à l’Est par les suites du génocide du Rwanda, théâtre de guérillas incessantes et de barbaries tues, quasi impunies sur le plan national et international depuis plus de 20 ans.

Le titre reprend la phrase lancée par certaines milices Lire la suite de « Violences sexuelles en RDC : création ‘Rentrez chez vous et racontez’ »