Expo en cours de fabrication !

Les tirages de l’exposition extraite du reportage réalisé au régiment du Service militaire adapté de La Réunion sont prêts. Magie du baryté traditionnel, à l’agrandisseur… (par Andrès Romero !). Étape suivante : scan chez I-labo…

tirages_expo_service militaire adapté_virginie de galzain

Lire la suite de « Expo en cours de fabrication ! »

Publicités

Témoignage :  » Se retrouver à la rue : il suffit de pas grand chose « 

Le témoignage que je vous invite à lire est celui de Jean, 51 ans. Nous sommes alors le 15 mai 2009 (voir extraits du reportage). Les enfants de Don Quichotte ont installé des tentes quai des Tuileries et appelé à une nouvelle mobilisation en faveur des personnes sans-abri, mal logées, des personnes en situation de précarité. En un mot : exclues. La nuit tombe, Jean raconte. C’est lui qui décide du début et de la fin.

Ces mots sont les siens, de façon intégrale, au fil de sa pensée, chaotique mais lucide et solide. Je les ai retrouvés ce matin en relisant des carnets de reportages noircis de témoignages. 5 ans déjà. Et le nombre de personnes à la rue ne cesse d’augmenter : plus de 140 000 en 2014 (100 000 en 2009). Celui des personnes mal logées ou en situation de fragilité locative : près de 10 millions, sur 66 millions de Français. Comment est-ce possible ?! Les différences et blessures invisibles guident, en partie, mon travail depuis 2007. La déshumanisation chronique des personnes en difficulté m’est insupportable. 

Avec les enfants de Don Quichotte
Extrait de Sans-abri : une infraction tolérée aux droits de l’Homme © Virginie de Galzain.

 » J’ai été presque 3 ans à la rue. Il y a 7 mois, les Enfants du Canal* m’ont proposé une chambre contre un petit forfait par mois. Pour la première fois, on m’a dit : « Tu es chez toi« . Je me suis refait une santé et j’ai décidé de remonter la pente. Sans toit, c’était impossible. Il faut comprendre.

J’ai passé un examen de conducteur de poids lourd et suis devenu chauffeur du Bus-abri qui accueille les personnes qui n’ont pas de toit. En 6 mois, j’ai pu avoir tout cela, grâce à l’association.

Je suis d’Orléans. J’avais un emploi, un appartement. Et puis un jour, tout a commencé. Perdre son travail. Son logement. Se retrouver à la rue. Il suffit de pas grand chose. On finit par se dire qu’on s’en fout. On va dans les assos. On est envoyé de foyer en foyer. On ne mange pas. On ne dort pas. On voudrait juste savoir où on va. Et puis on peut tomber dans l’alcool : on a beau refaire le monde, on est rejeté de la société.

Je suis arrivé à Paris rue Saint-Denis. J’ai commencé à traîner. Quand tu n’as rien, tu dois malgré tout faire quelque chose. J’avais une tente que je démontais tous les matins : on s’y cache. On ne veut pas que les gens nous voient comme ça. On a notre fierté. Je me suis fait quelques copains. On passait la journée ensemble : Armée du Salut, Restos du cœur, Charonne… et puis on se séparait. Aujourd’hui, certains ont retrouvé un travail, d’autres…

Avec les enfants de Don QuichotteLa personne qui parle n’est pas représentée sur les photos © Virginie de Galzain.

J’ai une famille. Beaucoup en ont une. Mais tu te débrouilles tout seul dans ces cas-là. J’ai tenu grâce à mon chien. Il faut se battre. C’est dur la rue. On nous balade comme des bestiaux, on nous dit :  » Tu dors là « . S’il y a à manger on mange sinon on dort. Et à 6 heures, on doit  » dégager « . Tu parles d’une vie. Alors on se met à boire, pour oublier, parce que quand tu ne dors pas, il faut oublier.

Hommage aux morts dans la rue, 48 ans d’espérance de vie, en France…

Et puis un jour, tu « t’installes » dans la rue : tu laves tes fringues, tu prends un rythme, enfin celui que tu te donnes ; une bière ; plusieurs bières ; tu es bourré ; et ainsi de suite. Tu penses à la maladie. À la mort. On continue de te balader. Tu es fatigué. Tu laisses tomber. Ou tu te suicides. Ou tu attends que quelque chose t’emporte loin de tout ça.

L’Abri-bus des Enfants du Canal, les personnes à la rue connaissent. Elles savent qu’on est là. On discute avec elles. On mange un morceau. Il y a des gens qui sont dehors depuis 10 ans, 20 ans, avec leur vie dans un sac. On fait des maraudes, on donne un café ou un chocolat chaud et on discute. C’est très important, c’est ce que je préfère. Car quand tu as ramé, que tu t’en es sorti, tu fais envie de façon saine. Ca n’empêche pas certains de ne pas aimer voir les autres émerger. Mais ceux que tu rencontres voient que c’est possible et ils ont envie de prouver qu’ils peuvent y arriver aussi. « 

Avec les enfants de Don QuichotteExtrait de Sans-abri : une infraction tolérée aux droits de l’Homme © Virginie de Galzain
.


.
> Le site des Enfants du Canal : https://www.lesenfantsducanal.fr
> La page Facebook des Enfants de Don Quichotte : https://fr-fr.facebook.com/pages/Les-Enfants-de-Don-Quichotte
> Le site de l’association Droit au logement/DAL : https://www.droitaulogement.org

Se faire soigner
: quelques pistes
> les PASS (permanence d’accès aux soins de santé, plus de 400 en France)
> les centres de soins de Médecins du Monde (CASO)
> la Croix Rouge et le SAMU social…

Se renseigner auprès des associations, centres d’action sociale… pour avoir une domiciliation (adresse ou recevoir du courrier gratuitement), un repas, un hébergement d’urgence , savoir où se laver, s’habiller (vestiaires solidaires), se faire accompagner pour retrouver un logement, connaître ses droits, s’il existe des transports accessibles gratuitement, reconstruire un projet personnel entre autres. Le contact humain est fondamental et vital dans tous les sens du terme.

Bonne année !

« Quand on rêve seul, ce n’est encore qu’un rêve, quand on rêve à plusieurs, c’est déjà la réalité. L’utopie partagée est le ressort de l’histoire. » – Helder Camara

Puisqu’il est encore temps, je vous souhaite à tous, encore et toujours, une année enveloppée de ces rêves qui protègent et rassurent. Une année pleine de projets, de santé, de douceur. Une année menée par ces utopies concrètes qui permettent d’avancer, d’un avenir incertain vers les possibles futurs.

corse_bonne annee_virginie de galzain

Les temps modernes

Œuvrer dans le sens de l’égalité des droits et du respect du vivant, tous les jours, partout et par tous : c’est encore possible.
Résister au verrouillage des esprits, aux peurs,  médiatisations et discours paralysants, à la restriction insidieuse des libertés : c’est fondamental !
Je nous souhaite une année menée par ces utopies concrètes qui permettent d’avancer, d’un avenir incertain vers les possibles futurs.

Israël/Palestine : l’arbre de la paix

Lueurs en faveur de la paix Israël/Palestine, Paris 10 janvier 2009 © Virginie de Galzain

(Archives) Paris, 10 janvier 2009, place de la Nation : manifestation pour la paix entre Israël et la Palestine. Arrivée du cortège de plusieurs dizaines de milliers de personnes parties de la place de la République. Le 10 janvier 2009 avait été marqué par une mobilisation internationale de plusieurs centaines de milliers de personnes contre l’ « Opération plomb durci « .

Depuis le 8 novembre 2012, les affrontements entre Israël et Gaza sont à nouveau à l’origine de dizaines de personnes tuées et de centaines de blessés.

Arbre de la paix Israël/Palestine, Paris 10 janvier 2009 © Virginie de Galzain

Corse_légion off

Corse 2012/exposition 2e REP © Virginie de Galzain

Jusqu’à la fin de l’été, à la citadelle de Calvi : exposition du 2e REP (régiment étranger de parachutistes) de la Légion étrangère. Panneaux pédagogiques, mannequins en situation, matériels, vidéos reconstituent le fil des actions et interventions menées par les cinq compagnies du Régiment. Des légionnaires sont présents pour répondre aux questions, et des affiches et le magazine sont à disposition du public. La 3ème Cie, Amphibie, s’entraîne notamment dans la Baie de Calvi (saut et drop en mer, abordage de plage).

Les temps modernes, suite.3 / Résistance

Suite extraite d’une série de diptyques dont la notion de résistance demeure en filigrane : résistance au temps, aux inégalités, à une peur insidieuse, au conditionnement des esprits… Pour préserver la liberté et la vie, ce qui existe de positif et de joli. Rien n’est jamais acquis, donc tout est possible !

© Virginie de Galzain

New York : tell someone a beautiful lie

En attendant de nouvelles images, des nouvelles tout cours, petit flashback vers New York… avec ce titre qui, décidément, pourrait être celui de l’état dans lequel on voudrait nous maintenir. Si la vie était un (men)songe…

Tell someone a beautiful lie, musique Guns of Brixton, photo © Virginie de Galzain

Bonne année !

(NikonFM2, Ilford HP5 plus, 50mm) ©Virginie de GALZAIN

Un peu de douceur et de chaleur pour commencer cette nouvelle année. Pour ne pas oublier ces instants de vie essentiels qui permettent de continuer. L’année 2011 sera forcément politique. Face à des décisions qui ont participé à la fragilisation ou à la dégradation des conditions de vie d’une grande partie de la population, à nous de poursuivre nos engagements et d’être solidaires pour en faire une année plus sociale et humaine, de résister pour maintenir l’équilibre démocratique, de réagir pour préserver les libertés et les droits individuels. Je reste convaincue que l’action de chacun est une action pour tous. Que l’essentiel est avant tout d’essayer.

En attendant, je vous souhaite le meilleur pour 2011 !

PHOTO : Robert Lebeck

En attendant de reprendre un peu plus activement le blog, je vous invite à vous rendre sur le site de Robert Lebeck, photographe allemand né en 1929. Reporter depuis près de 50 ans, il est le témoin de l’histoire de nombreux pays du monde, la mémoire de l’évolution de son pays, un portraitiste Lire la suite de « PHOTO : Robert Lebeck »

PHOTO Pierrot Men : chroniques malgaches

Les propos recueillis ci-dessous ne sont pas libres de reproduction et d’utilisation, comme l’ensemble des éléments figurant sur ce blog. Photos reçues et mises en ligne avec l’accord de Pierrot Men.

Lire la suite de « PHOTO Pierrot Men : chroniques malgaches »

REPORTAGE « Vivre avec le VIH-Sida »

Le reportage photo que j’ai réalisé en indépendant pendant plusieurs mois (août-décembre 2009) au sein du service Immunologie de l’HEGP/AP-HP s’achève à peine.  Il fait partie d’un travail de long terme sur les différences invisibles, multiples, qui conditionnent la vie au quotidien. Ce travail comportera plusieurs volets (santé, éducation, environnement, société).

Après avoir vu les premières images, Alain Miguet* m’a proposé de répondre à ses questions sur les motivations, les angles, les enjeux et les perspectives de ce projet. LIRE L’INTERVIEW

*Rédacteur en chef de Sida-Info-Service.org/association nationale de lutte contre le sida


“Vivre avec le VIH en France” (nikon fm2,  film Kodak Portra 800) © Virginie de GALZAIN

2e Nuit solidaire pour le logement 2009

Aujourd’hui, vendredi 27 novembre, le Collectif des associations unies organise la 2e Nuit solidaire pour le logement. L’objectif : sensibiliser et/ou mobiliser chacun, mais aussi rappeler aux politiques au sens large l’urgence et le devoir de garantir l’accès à un logement décent et la possibilité d’y rester, en France.
Réduire les gaz à effets de serre dont les conséquences peuvent être stabilisées mais certainement plus diminuées (le mal est fait !), certes ; mais autant faut-il que chacun puisse se nourrir, se vêtir, se loger et travailler, bref vivre et non survivre.

Photos (Nikon, Af 50mm, film Ilford 400) & montage ©Virginie de GALZAIN

Retour sur la nuit du 15 mai 2009 ; celle des Enfants de Don Quichotte dont le campement avait été évacué par la police Quai des Tuileries ; celle de l’ordre dit public face à la citoyenneté impliquée dans le respect des droits humains vitaux.

300e post !

La première image d’un reportage en cours depuis plusieurs semaines. J’en dirai davantage un peu plus tard. Un sujet lié aux impacts d’une maladie sur une vie sociale, publique et privée.

Au passage, un grand merci à ceux qui participent de près ou de loin à la vie de ce blog.

exclusion_vie_societe_photo_argentique_kodak_virginie de galzain

(nikon fm2, portra 400 vc) © Virginie de GALZAIN

One dAy in TAnA.1

tanaB_virginie de galzain
One dAy in TAnA © Virginie de GALZAIN

Le temps d’un très court aller-retour à Madagascar, une image parmi quelques autres, prises trop vite à Tana, trop en surface, comme autant de flashs perturbés par une réelle perte de repères.

Ce qu’on perçoit à Tana – que je n’ai pas réussi à « prendre » cette fois car j’en ai trop vu en trop peu de temps, quelques heures au total – fait l’effet d’une bombe. Une multitude d’impacts violents qui vous surprennent, vous oppressent, et dépassent tout ce que l’on peut imaginer ou anticiper. L’impression dure de ne pas avoir le droit d’être là, d’être une intruse dans une île qui renferme tellement d’injustices et d’insupportable dans un écrin de nature malmené. Rien ne va de soi, tout est à apprendre. Et c’est précisément pour cela que j’étais venue.

Tana envoûte aussi malgré soi, parce qu’elle est différente et riche, entrelacement d’Histoire et d’histoires qui ont façonné des mondes pluriels dans la ville. Elle s’insinue en vous, tant la frontière entre l’humanité et l’inhumanité est ténue, et tant l’envie de la connaître, d’aller à la rencontre de l’Autre est indispensable. J’ai besoin d’y retourner pour avoir un regard plus juste, plus posé ou brut je ne sais pas, dès que possible.

Diaporama : les Enfants de Don Quichotte, 15 mai

“On n’a rien, on est à la rue, et on nous prend le peu qu’on a. On a notre vie dans un sac, un duvet pour dormir, et c’est tout. On n’a nulle part où aller dignement, on n’existe pas, la société nous ignore et on nous chasse d’un abri de toile “.

> VOIR LES PHOTOS

Photos (Nikon F90, films Ilford HP5Plus, 50 mm) & montage©Virginie de Galzai

En France, près de 100 000 personnes sont sans abri. Plus de 3 millions de personnes sont victimes de mal-logement ou sans domicile fixe, dont 600 000 enfants. Et des millions sont en situation de précarité d’habitat (8 millions de pauvres).

15 mai 2009 : les Enfants de Don Quichotte appellent à une nouvelle mobilisation en faveur des sans-abri, des mal logés, des personnes en situation de précarité. Ils installent des tentes sur les quais des Tuileries (Paris), avant d’être évacués par la police à la tombée de la nuit. Laisser des personnes vivre dans la rue, en situation de précarité, est une infraction tolérée à la Déclaration universelle des droits de l’homme.


> Le site des Enfants de Don Quichotte