Sans titre

Publicités

Monde : les enjeux de l’accès à eau

À 10 jours de la journée mondiale de l’Eau, deux forums dédiés se tiennent à Marseille : le Forum mondial, mais aussi le Forum mondial alternatif de l’eau(1) qui sera ouvert et accessible à tous en entrée libre à partir du 14 mars. L’occasion de (re)faire le point.
Ressource naturelle vitale, l’eau s’épuise et se raréfie. Au cœur de la survie planétaire, l’or bleu sonne comme un défi de plus dont les enjeux, comme les contraintes sont à la fois humains, sanitaires et alimentaires, économiques et politiques. Pauvreté, pollution, réchauffement climatique, gaspillage, conflits, accroissement de la population mondiale sont parmi les causes – ou conséquences – directes de la pénurie d’eau.

▪ XXIe siècle : quid de l’accès à l’eau ?
Paradoxalement, bien que la Terre soit composée à près de 70% d’eau, à peine 0,5% (sur les 3% d’eau douce) est utilisable par l’homme. En 20 ans, grâce aux progrès réalisés en matière d’assainissement et d’alimentation en eau, 2 milliards d’êtres humains de plus ont pu avoir accès à une eau potable. MAIS environ 2,5 milliards de personnes (36 % de la population mondiale) ne bénéficient toujours pas d’installations sanitaires assainies, et près de 900 millions (soit 13% de la population mondiale) n’ont aucun accès à de l’eau potable ; bien davantage si l’on compte celles et ceux qui ont un accès très ponctuel. Des chiffres à prendre de façon indicative – d’autant que la population augmente rapidement – pour une situation qui constitue une menace pour l’équilibre mondial.

▪ Un enjeu vital
Dans les pays les plus pauvres ou en voie de développement, principalement situés en Afrique et en Asie, le manque de moyens et/ou de volonté politique ne permet pas de mettre en place les aménagements nécessaires et suffisants pour traiter l’eau, la purifier et la rendre accessible tant matériellement que financièrement. À cela peut s’ajouter une méconnaissance de l’utilisation et de la gestion de l’eau, dans le cadre d’activités de production par exemple. D’où la prolifération continue ou chronique de maladies et épidémies liées (diarrhées, paludisme, choléra…) voire de la famine. Une prolifération qui peut aussi être provoquée ou accentuée par des variations climatiques ou des catastrophes naturelles, fréquentes dans les zones concernées.

Conséquence : chaque année, en raison de maladies liées à une eau contaminée, on recense plusieurs millions de décès dont celui de 1,5 million d’enfants de moins de 5 ans (plus de 4 000 enfants par jour !). Ce, dans des pays où l’accès aux soins demeure insuffisant. Difficile aussi dans ces conditions de résoudre la question de la faim dans le monde et de produire une alimentation de qualité. Au problème de l’accès inégal à l’eau potable d’une partie du monde à l’autre, s’ajoute celui de la quantité d’eau disponible par habitant. Et selon les derniers rapports, celle-ci devrait diminuer de moitié d’ici à 2050.

▪ Une crise planétaire
À des échelles différentes, tous les pays sont concernés. En effet, les états récurrents ou persistants de sécheresse, l’exploitation excessive de l’eau – notamment pour l’irrigation et l’élevage -, et de façon indirecte la modification des comportements alimentaires favorisent la réduction des niveaux d’eau.

D’autre part, les pays industrialisés doivent redoubler de vigilance face aux usages qui dégradent depuis des décennies la qualité et la quantité de l’eau : les rejets industriels de produits chimiques et des eaux usées, l’utilisation massive d’engrais et de pesticides dans certaines pratiques agricoles ; sans compter une activité humaine négligente (gaspillage, surconsommation, cultures inadaptées au climat ou forcées, installations luxueuses).

▪ Eau = marchandise = luxe
Dans certaines parties du monde, des jardins luxuriants et piscines sont un luxe provocateur insupportable à quelques mètres parfois de logements insalubres et autres bidonvilles nés d’une urbanisation galopante. Les habitants de ces derniers n’ont souvent pas accès à l’eau courante (réseau de distribution classique si vous préférez) et se voient alors contraints d’avoir recours à des services privés de distribution (de l’eau en bouteille au prix prohibitif à celle acheminée par un camion citerne pas toujours contrôlée par les services sanitaires) coûtant a minima 10 à 15 fois plus cher que les services publics dont bénéficient les plus favorisés.

Notons que ces services privés, si nécessaires peuvent-ils être, ne sont pas des solutions de long terme et permettent, en attendant, à des multinationales comme à des producteurs d’eaux embouteillées (la France et la Suisse en tête) d’augmenter leur chiffre d’affaires : les pays dits « émergents » mais aussi les moins émergents représentant un marché important. À qui ceci profite-t-il le plus ? Je pose la question…

▪ Le pouvoir et l’interdépendance
Outre les impacts sur la santé et l’alimentation, le manque d’eau ou d’eau potable a des conséquences sur l’accès à l’éducation quand elle est possible : les enfants affaiblis par la malnutrition et les maladies associées ne peuvent plus aller à l’école ; une réalité accentuée pour les filles et jeunes filles que l’on charge de la récupération de l’eau entre autres tâches ménagères. Le développement agricole et économique, l’autonomie des populations sont donc concernés de fait. Ainsi se perpétue une des spirales de la pauvreté et de la dépendance.

Des enjeux qui prennent des visages forcément politiques dans la mesure où de nombreuses ressources d’eau traversent plusieurs pays, les rendant de facto interdépendants. Elles peuvent donc constituer de multiples occasions de divisions et de tensions liées à la gestion de l’eau de part et d’autre des frontières, devenir un dangereux moyen de pression, voire une arme diplomatique ou de guerre. Chaque action dans un des états ayant des implications parfois irréversibles chez son voisin tant sur le plan humain que sur les plans agricole, industriel, énergétique, domestique et environnemental.

▪ Agir pour le long terme
L’urgence, c’est une redéfinition des projets économiques et politiques, compatibles avec la vie de l’homme et favorables au développement de la planète. Durable, évidemment, car qui dit développement dit durabilité. Ce qui suppose d’admettre que l’on sait ce qu’il faut faire – car nous le savons – et de le rendre possible !
Faciliter un accès à l’eau potable pour tous ; négocier et pérenniser des accords transfrontaliers pour garantir la sécurité, le développement et la survie des peuples ; consommer et utiliser moins et mieux ; mettre en place des moyens de préserver la qualité et la quantité de nos ressources – notamment en eaux souterraines, et anticiper sur les risques climatiques sont des conditions sine qua non pour assurer notre avenir. Eau, pauvreté, alimentation, développement, santé, paix, sécurité, durabilité: tout est lié.

À SUIVRE…
> (1)Le Forum mondial alternatif de l’eau (FAME). Du 14 au 17 mars 2012 : Dock des Suds, 12 rue Urbain V, Marseille. Ouvert à tous. Entrée (libre) avec participation (libre) aux frais. Débats, ateliers, manifestations culturelles, forum des jeunes et concert de clôture > Infos sur www.fame2012.org/fr 

Doté d’un comité d’organisation composé d’une centaine d’association et d’ONG locales, nationales et internationales, le Forum mondial alternatif de l’eau (FAME) a notamment reçu le soutien du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Sa raison d’être : trouver des solutions à la crise mondiale de l’eau et faire face à la marchandisation abusive et inégalitaire de cette ressource vitale ; ressource qui doit être reconnue comme un bien commun et dont l’accès doit être un droit fondamental. Et “ construire, je cite, une alternative concrète au 6e Forum Mondial de l’Eau (FME) organisé par le Conseil Mondial de l’Eau, organe des sociétés transnationales et de la Banque Mondiale qui prétend s’arroger la gouvernance mondiale de l’eau. ” Comment ? En informant et en sensibilisant, en réunissant spécialistes et citoyens autour de débats, rencontres, ateliers et manifestations culturelles.

ET AUSSI
> Le site de ONU/Eau www.unwater.org/discover_fr.html
> Le 6e forum de l’Eau, Marseille : du 12 au 17 mars 2012 www.worldwaterforum6.org.fr
> Journée mondiale de l’eau 2012 : 22 mars www.unwater.org/worldwaterday/index_fr.html

À LIRE
> Les scandales de l’eau en bouteille, de Jacques Neirynck, éd° Favre. 13 €


Un logement – décent – pour tous : signez !

Mobilisation contre le mal logement : je ne comprends pas que cette pétition n’ait pas encore atteint ses 400 000 signatures ! Ce qui resterait peu sur plus de 65 millions de Français. Signez aussi et faites suivre : contrairement à ce que l’on croit, cela sert !

http://www.mobilisationlogement2012.com/je-signe-la-petition

Laisser des personnes vivre en situation de déséquilibre chronique, voire  à la rue est une infraction tolérée à la Déclaration universelle des droits de l’homme. On « encourage » l’accès à la propriété, on assure « suffisamment » de places en hébergement pour les sans-logis (comment peut-on appeler cela une « amélioration »), on « promet » plus de logements sociaux*. La belle affaire ! Le niveau de vie des Français a baissé : plus de la moitié vit avec 1500 euros et moins par mois. Certes, il y a pire ailleurs. Mais une situation qui se dégrade localement ne permet jamais à celle des autres pays de s’améliorer : cela ne fait qu’ajouter à l’instabilité générale. Instabilité sociale, économique, géographique, démocratique.

Le chômage, l’emploi instable, les revenus qui plafonnent (mais ne sont pas plafonnés par ailleurs au-delà d’un certain montant), la hausse des prix… fragilisent des millions de personnes. Aujourd’hui, trouver un logement adapté relève de l’exploit si on ne gagne pas au moins 3 à 4 fois le loyer + caution multiple (j’insiste sur cette notion) dont tout le monde ne dispose pas. Quant à acheter : quand la priorité est déjà d’assurer le quotidien/le présent, l’avenir attend.

Près de 700 000 personnes sont sans domicile fixe en France (foyer, hébergement d’urgence, hôtel de marchands de sommeil, caravane, cabane, voiture…), dont 133 000 personnes qui vivent dans la rue.
+ 2,7 millions de personnes mal logées (logement privé des conforts sanitaire, matériel, sécuritaire et j’en passe ; logement insalubre pour ne pas dire taudis, trop petit par rapport au nombre de personnes…)
+ 5 millions de personnes fragilisées par la crise du logement (loyers impayés faute d’argent, copropriété en difficultés et/ou dégradées faute de moyens, surpeuplement, logement chez un tiers…)

Sans oublier les près de 600 000 propriétaires et en phase d’acquisition qui sont en difficultés de paiement. *1,2 million de ménages toujours en attente de logement social. Et en considérant que près de 4 millions de personnes n’ont pas les moyens de se chauffer correctement l’hiver car la facture d’électricité est trop chère.

= entre 8 et 10 millions de personnes – des hommes, des femmes et leurs enfants – touchées par la crise du logement et en situation de survie : pas de logement, un logement précaire et/ou indécent, un logement en passe d’être perdu.

DIAPORAMA La Russie : l’autre visage

Si vous n’avez pu vous rendre à l’exposition La Russie : l’autre visage, qui se tenait du 9 au 11 juillet à Paris, retour en photo set en textes sur l’événement et les participants. Organisée par Reporters sans frontières et le Collectif du « off » France-Russie 2010, elle rassemblait pour la première fois en France 10 organismes russes (ONG, mouvements de société) acteurs de l’amélioration des conditions de vie et du respect des droits humains en Russie. Une page dédiée est à consulter  via ce lien

Photo, textes, montage ©Virginie de GALZAIN

Ville de Paris : un été solidaire

Être sans abri, c’est être plus fragile à tout. Être sans toit, c’est ne pas avoir accès au minimum vital ; ce, toute l’année, été comme hiver. Pour faciliter l’accès à l’eau potable pour les personnes sans abri et sans domicile fixe, notamment en cas de forte chaleur, la Ville de Paris a édité une carte qui recense plus de 900 points d’eau dans la capitale. Autre support : le guide Solidarité été 2010, avec des conseils pratiques, des sites de distribution alimentaire en Lire la suite de « Ville de Paris : un été solidaire »

Millénaire pour le Développement : le temps presse !

Le projet 8 / Le temps presse, ce sont 8 réalisateurs qui s’engagent pour 8 grandes causes. L’objectif : sensibiliser et mobiliser sur les 8 objectifs du Millénaire pour le Développement ; et rappeler les engagements pris par 191 pays membres des Nations Unies pour réduire de moitié la pauvreté dans le monde d’ici à 2015.

Les 8 courts-métrages sont signés Abderrahmane Sissako (l’extrême pauvreté), Gael Garcia Bernal (l’éducation), Mira Nair (l’égalité des sexes), Gus Van Sant (la mortalité infantile), Jan Kounen (la santé maternelle), Gaspar Noé (VIH), Jane Campion (l’environnement) et Wim Wenders (le développement).

À découvrir et à diffuser dès maintenant en cliquant sur l’image ci-dessous.


www.letempspresse.org

Zimbabwe : alerte au choléra

25 décembre 2008, le ministère de la Santé du Zimbabwe notifie 26 497 cas de choléra, dont 1518 mortels. 30 janvier 2009 : l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dénombre plus de 60 000 personnes contaminées, et plus de 3 100 morts. Un bilan certainement en deçà de la réalité, au sujet de l’épidémie qui sévit dans le pays depuis août 2008. Le point.

Quid du choléra
Le choléra est une maladie intestinale extrêmement contagieuse, qui se propage par le bacille Vibrio cholerae et  » se transmet par voie directe fécale-orale ou par l’ingestion d’eau et d’aliments contaminés  » (OMS). La base du traitement : l’hydratation, et l’administration de sels de réhydratation orale (SRO) en raison de très fortes diarrhées et de vomissements à répétition. Voire un traitement antibiotique.

C’est une maladie facile à soigner, guérissable dans la plupart des cas, pourvu qu’on en ait les moyens. Car sans traitement adapté, on peut mourir de cette maladie dans les 24 à 48 heures suivant l’apparition des symptômes. Le risque de mortalité de la population peut alors passer de 1 à
50 %. Au Zimbabwe, cela signifie que 6 des quelque 12 millions d’habitants sont concernés. Inconcevable en France (métropolitaine je précise) où ⎯ à titre de grossière et incomparable comparaison ⎯  l’état d’alerte sanitaire est décrété dès qu’une amorce de menace de chinkungunya plane.

Les moyens conditionnent la fin
Du côté de la population, comment avoir accès à l’information, à la prévention quand on vit dans une zone reculée ? Comment bénéficier de soins quand on n’a pas d’argent pour se déplacer dans une structure sanitaire ? Comment éviter la maladie ou se soigner quand le minimum nécessaire et vital, une eau potable et saine, n’est pas disponible ?

Les professionnels de la santé ⎯ dont une bonne partie a quitté le pays ⎯ rencontrent aussi de nombreuses difficultés. Le manque de moyens pour se rendre sur leur lieu de travail ou chez les habitants touchés par des maladies. Idem pour exercer leur métier : comment enrayer une épidémie quand on n’a pas les moyens humains et matériels pour soigner les malades ? Quand le gouvernement et les administrations en place ne s’engagent pas et n’apportent pas le soutien nécessaire ? Quand la situation politique, économique, sociale et sanitaire d’un pays s’aggrave d’année en année ? Pas de moyens. Tout est là. Ici, comme dans des dizaines d’autres pays du monde.

L’eau : origine et solution du mal
Le manque d’eau potable et de réseaux d’assainissement* est à l’origine de nombreuses maladies infectieuses intestinales et de millions de décès annuels. Le premier cause un défaut d’hydratation vitale, et des problèmes d’hygiène corporelle et alimentaire ; par extension, il touche l’agriculture, l’élevage, la pêche… Le deuxième favorise le développement et la propagation de maladies en raison d’eaux souillées, par des matières fécales notamment.

Les difficultés économiques et politiques critiques que traverse le Zimbabwe conditionnent une situation géographique et météorologique déjà fortement pénalisante. Les habitants des pays sous-développés et en voie de développement étant les plus vulnérables et les plus dépendants. La saison des pluies en cours, et les mouvements de population vers l’Afrique du Sud et le Mozambique notamment, sont des risques supplémentaires de contamination.

Le Zimbabwe en quelques chiffres**
Le Zimbabwe comprend entre 12 et 13 millions d’habitants. C’est un des pays les plus touchés par l’insécurité alimentaire (40 %) et le VIH Sida (20 % des 15-49 ans). Près de 1,3 million d’enfants sont orphelins, la majorité ont perdu leurs parents des suites du VIH. L’espérance de vie à la naissance est d’environ 40 ans (plus de 80 ans en France). Le taux de mortalité des moins de 5 ans est de
105 ‰, un chiffre qui a presque doublé en 20 ans (taux de mortalité infantile en France : 3,6 ‰). Les dépenses moyennes de santé par an et par habitant avoisinent les 28 dollars (plus de 3800 dollars en France).

Le choléra dans le monde
L’OMS dénombre aujourd’hui plus de 236 800 cas de choléra, répartis dans plus de 50 pays en Afrique, en Asie du Sud et dans les Amériques ; un chiffre qui correspondrait à 10 % du nombre de cas réels. La multiplication d’épisodes météorologiques extrêmes (tempêtes, sécheresse, cyclones, inondations, etc) favorisent les dégradations sanitaires et aqueuses locales. Et le changement climatique fait craindre une accentuation des éléments précités, ainsi qu’une réapparition de certaines maladies dans des zones où elles avaient totalement disparu : l’Europe étant bien sûr concernée.

Chaque situation doit être considérée non seulement d’un point de vue local, mais aussi mondial, au risque d’arriver à des impasses sanitaires aberrantes et inhumaines. Ce qui concerne d’autres  régions aujourd’hui, pourrait nous concerner demain, à moyen ou long terme.

*1,4 milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau potable. 2,3 milliards de personnes ne disposent d’aucune installation sanitaire.
**Les chiffres France sont là pour donner une échelle de valeur et non à titre de comparaison.
Sources Médecins du monde, Unicef, Ined.

La Réunion : un paradis durable ?

Ce mois-ci, Stéphane Hoareau m’a proposé une tribune sur un thème libre pour son site Maloya.org, identités & cultures de l’océan Indien et la revue créole de l’Océan indien Point d’orgue (K’A éditions). Angle choisi : La Réunion, un paradis durable ? À quoi bon le paradis, s’il ne répond pas aux besoins les plus élémentaires de ceux qui y vivent ?

Un territoire français dont on parle, comme les autres, soit pour en faire un lieu (touristique) idyllique où tout est forcément parfait, soit en guise faire-valoir pour la Métropole quand ça l’arrange (cf. conférence « les îles et l’Union européenne : stratégie face au changement climatique et à la perte de la biodiversité » qui a suscité le déplacement et des propos enthousiastes de Jean-Louis Borloo), soit quand la population manifeste, et accessoirement quand un cyclone est passé. Une vision réductrice, loin d’une réalité dérangeante, plus facile à mettre de côté quand elle est à plusieurs milliers de kilomètres. Il est vrai.

La Réunion , un paradis durable ?

« Paradis tropical », « perle de l’océan Indien », « écrin de la biodiversité »… La Réunion n’en finit pas de susciter les enthousiasmes et les superlatifs (…) ; et tous les moyens sont mis en oeuvre pour favoriser son rayonnement, et le tourisme sous toutes ses formes. Mais dans un contexte de crise financière, et de mutations locales et internationales rapides, l’Île doit faire face à une situation nouvelle qui met en jeu sa place et son action dans le monde. Les derniers chiffres publiés sur la situation de l’illettrisme demeurent largement au-dessus de la moyenne nationale, et rappellent l’urgence de considérer le principe de développement dit « durable » dans sa globalité. À quoi bon le « paradis, » s’il ne répond pas aux besoins les plus élémentaires de ceux qui y vivent ?

« La vitrine du monde en termes de développement durable » soulignait Jean-Louis Borloo en juillet dernier lors de la conférence internationale « les îles et l’Union européenne : stratégie face au changement climatique et à la perte de la biodiversité ». « Un paradis à préserver », titrait France 3 dans le cadre de l’émission Des racines et des ailes qui était consacrée à l’Île le 29 octobre. (…) Le Parc National, créé en mars 2007, candidat au classement du Patrimoine Mondial… Certes, aux yeux du monde et de la Métropole, l’Île affiche un certain dynamisme et de nombreux atouts. (…)

Mais au-delà d’un « sublime état de nature », d’un brassage plutôt mieux réussi que dans de nombreux autres départements français, et des messages attractifs qui font office de façade en masquant une réalité trop dérangeante, se pose une question. Celle de l’avenir d’une île en proie à un développement sans précédent et à la mondialisation, dans un contexte de difficultés locales persistantes. Le défi est de taille : s’ouvrir au monde, sans pour autant sacrifier ce qui fait son authenticité et ses racines. L’enjeu étant non seulement économique et environnemental, mais surtout social ; humain en un mot. Ou comment s’imposer comme acteur voire précurseur de la durabilité planétaire tout en améliorant et en privilégiant le bien-être et le développement de ses habitants ?

Un fossé avec la Métropole

La situation sociale de l’île de La Réunion est aujourd’hui très en deçà de celle de la moyenne nationale, et tous les chiffres* confirment une situation préoccupante. Éducation, logement, santé, emploi, place des femmes, tous les domaines sont concernés. 52 % de la population réunionnaise vit sous le seuil de pauvreté – contre environ 12 % sur la moyenne des autres départements, et 10 % vit en-dessous du seuil de bas revenus (360 euros). Côté habitat, près du quart des habitants vit dans un logement trop petit, et seules 23 % des demandes de logements sociaux étaient honorées en 2004. Une situation qui pourrait empirer au vu de la baisse des budgets imputés au logement et d’une forte croissance démographique. À cela, s’ajoutent un taux d’illettrisme de 21 % – soit 111 000 personnes âgées de 16 à 65 ans dans l’incapacité de lire, comprendre et transmettre un message simple -, et près de 30 % de chômage. Des situations à résoudre d’urgence, car elles favorisent l’exclusion de la vie sociale mais aussi de la vie politique de l’Île, et par extension une dépendance.

En matière de santé publique, les inégalités persistent et la lutte pour l’accès aux soins pour tous doit demeurer une priorité. Plus de 50 % de la population bénéficie encore de la couverture maladie universelle (CMU) et a du mal à être actrice de sa santé, renonçant aux soins plutôt que de s’informer. En 2005-2006, l’épidémie de chikungunya a frappé de façon inhabituelle environ 300 000 personnes, faute de mesures rapides en termes d’information, de prévention et de soins. Récemment, le Conseil général a décidé de ne plus financer les moyens de contraception à destination des médecines préventives universitaires (MPU) : les étudiants à l’Université en sont privés, et sont renvoyés vers les centres de planification où ils se rendent pourtant beaucoup moins spontanément.

Enfin, le développement de certains domaines, tertiaires notamment, n’est pas en mesure de répondre à toutes les demandes d’emploi ; et de nombreux jeunes diplômés se retrouvent au chômage ou contraints de quitter l’Île pour trouver du travail. Parallèlement, les métiers émergents et postes vacants requièrent de plus en plus de qualifications, au détriment d’une large partie de la population, non formée. Quelles sont donc les perspectives possibles pour les étudiants réunionnais ? Et comment encourager ceux qui sont partis pour compléter leur formation ou intégrer la vie active à revenir dans l’Île ?

Libres et égaux en dignité et en droits ?

Le 20 décembre dernier, l’île de La Réunion fêtait les 160 ans de l’abolition de l’esclavage. Une date qui fait écho à une histoire accidentée, au devoir de mémoire, aux 60 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme, rappelant une fois de plus que tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits.

Comme partout ailleurs, et particulièrement dans ce département français, le développement durable doit être fondé sur un développement social visant à subvenir aux besoins des êtres humains et à réduire les inégalités. Seule une politique solidaire peut y parvenir. Évoluer en tenant compte des bouleversements du monde, préserver les droits et les vies sur ses propres terres, et mettre en place des mesures qui permettent à chacun d’être acteur du développement et de bénéficier de ses retombées positives, tels sont les enjeux du paradis durable. Un pari à relever dès maintenant.

.

*Sources chiffrées : INSEE, Observatoire des inégalités, Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES).

.

À LIRE SUR

Dédicace ce jour/librairie La Martinière

dedicace-la-martiniere_bonnel_de-galzain
Dédicace d’un beau livre dont j’ai signé les textes. Un ouvrage sur l’esprit d’un site hors du commun, porteur d’un projet universel : le Domaine du Rayol. Une illustration vivante de l’écologie humaniste de son créateur : le paysagiste Gilles Clément. Pour l’occasion, plusieurs images de Guillaume Bonnel, auteur des photos de l’ouvrage, seront exposées. À plus tard !
17 rue Jacob, Paris. M° Saint Germain des Prés. Dès 17 h, jusqu’à 19h30/20h.

Depardon et Virilio : Ailleurs commence ici

Une exposition inédite débute aujourd’hui à la Fondation Cartier : Terre natale, Ailleurs commence ici, de Raymond Depardon et Paul Virilio. Un dialogue dynamique sous forme de projections sur l’état du monde et de ses habitants aujourd’hui. Une conversation mise en scène entre le cinéaste-photographe et l’urbaniste-philosophe mais aussi entre les univers rural et urbain, entre les habitants du monde contemporain et les visiteurs. La scénographie laisse toute sa place à l’image pour un face à face hyper réel avec l’Autre, alternant diffusion sur écrans géants et principe de mosaïques vidéo suspendues – trop petites – nous bombardant – trop vite – d’archives. La projection sphérique des données migratoires est une belle réalisation technique mais demeure scolaire, factuelle pour qui est déjà un peu informé. Et paradoxalement sans analyse sur les lourdes conséquences qu’elles auront au niveau individuel et mondial.

Quelle est la place de l’homme dans une société mondialisée à double vitesse ? Quels sont les fondements et que reste-t-il de son identité, de son histoire, de sa survie alors qu’il est menacé par un exode forcé ? Quels sont les nouveaux nomades et les nouveaux sédentaires dans un monde qui vit au rythme des migrations ?
«  J’ai voulu donner la parole à ceux qui ne l’ont pas  » disait Raymond Depardon hier soir, à l’inauguration, au sujet d’un des films présentés. Et la seule chose que ces gens savaient est que j’étais là pour les écouter.  » À voir. Pour Depardon. Même si ce n’est pas ce qu’il y a de plus représentatif de son superbe cheminement.

honolulu_raymond depardon
Honolulu, Day 5 ©Raymond Depardon

PRATIQUE
Jusqu’au 15 mars 2009. Fondation Cartier pour l’art contemporain. 261, boulevard Raspail Paris 14e. Tél. : 01 42 18 56 50. Tlj, sauf le lundi, de 11h à 20h. Nocturne le mardi jusqu’à 22h. Tarif : 6,50 €, réduit : 4,50 €. Accès libre pour les – 18 ans mercredi de 14h à 18h. Autres infos sur http://fondation.cartier.com

Avec les réfugiés climatiques, à Paris

Dans le cadre des Journées parisiennes de l’énergie et du climat (voir post du 28), le collectif Argos présente une exposition pédagogique : Avec les réfugiés climatiques. Un extrait d’un travail documentaire et photographique de grande ampleur, qui révèle les impacts présents et à venir du réchauffement climatique sur les vies humaines.

Retour sur quatre ans d’investigation dans neuf régions du monde avec Laurent Weyl, photographe, et Guy-Pierre Chomette, rédacteur.


© Collectif ARGOS_Tuvalu

Comment est né le projet Réfugiés climatiques ? Comment l’avez-vous préparé ?
Laurent WEYL :
Depuis sa création en 2001, le collectif est engagé dans une démarche documentaire liée aux mutations et enjeux sociaux et environnementaux. Nous voulions humaniser un concept qui demeure essentiellement scientifique, – particulièrement ici, en France : le réchauffement climatique, et de mettre en avant ses conséquences humaines. Il a fallu près d’un an de préparation sur la base d’avis d’experts (Giec, IRD, AEE, etc) pour choisir les destinations, avoir une caution scientifique, prendre conscience de tous les enjeux. Selon l’ONU, près de 150 millions de personnes vont devoir quitter leur lieu de vie en raison des dérèglements climatiques liés d’ici à 2050. 150 millions de vies en danger de mort.

Guy-Pierre CHOMETTE : La première difficulté résidait dans l’ampleur du sujet. Il aurait été impossible de traiter de tous les aspects liés à l’environnement. Peu à peu, nous nous sommes recentrés sur le réchauffement climatique, la question de la responsabilité des pays développés dans l’augmentation de l’effet de serre. La responsabilité de l’activité humaine sur la vie de millions d’hommes et de femmes.
La deuxième difficulté consistait à consolider le projet, puisque nous abordions un sujet très sensible tant d’un point de vue scientifique que politique. Nous avons par exemple du renoncer à partir au Brésil et dans les Andes… Il nous fallait aussi définir les origines des déplacements de populations : montée des eaux, désertification, intensification des cyclones, etc, pour montrer leur caractère universel. Tout le monde est concerné aujourd’hui !


© Collectif ARGOS_Halligen

Neuf destinations, quatre ans de travail et un contact étroit avec les populations…
L.W :
Il a fallu faire un choix parmi les nombreuses destinations touchées par le réchauffement climatique : les îles Tuvalu, les Maldives, les deltas du Bangladesh et Halligen concernés par la montée du niveau des eaux ; le Tchad et la Chine par la désertification ; mais aussi la fonte des glaciers au Népal, les cyclones dévastateurs aux Etats-Unis ou le dégel en Alaska.
Ensuite, nous avons fonctionné en tandem rédacteur/photographe, et sommes retournés dans l’ensemble au moins deux fois sur place à environ six mois d’intervalle. Chaque fois, nous avons passé de 5 à 9 semaines au sein d’une famille ou d’un quartier, d’un village pour partager leur quotidien, nous imprégner de la vie locale et la comprendre. Nous avons tous été frappés par la conscience que les futurs réfugiés avaient des modifications climatiques et des incidences sur leur vie. Même au fin fond du Bangladesh, les habitants ont reçu une formation sommaire sur les conséquences du réchauffement climatique. Et ce qu’ils veulent par dessus tout, c’est s’adapter. Pour rien au monde ils ne veulent partir, car ils savent qu’ils ne reviendront jamais.

G.P.-C : Nous avons du franchir quelques difficultés d’ordres administratif, politique et langagier bien sûr (Maldives, Chine notamment). Mais ensuite, l’idée était en effet de rester le plus longtemps possible avec les mêmes personnes pour gagner leur confiance, enlever toutes les barrières jusqu’à être liés à leur univers et devenir invisibles. Il était nécessaire d’avoir des regards parallèles et complémentaires pour couvrir le maximum de choses, être confrontés à des situations différentes et recueillir de nombreux témoignages. Pour enfin parvenir à décrypter les conséquences du réchauffement climatique aux quatre coins du monde.


© Collectif ARGOS_
Blarigui

Votre approche est à la fois narrative et iconographique. Un enjeu documentaire artistique  pour sensibiliser le grand public.
L.W :
Tous les membres du collectif sont journalistes. Notre approche est donc volontairement axée sur les aspects narratifs ET photographiques. En fonction des destination, les textes abordent des extraits du quotidien des réfugiés climatiques au travers de citations, d’une histoire, de destins ordinaires parfois tragiques. Les images que nous avons rapportées sont moins des regards que des informations photographiques. C’est là que réside toute la force du projet. Il y a aujourd’hui une conscience du problème puisque tout le monde est informé. Mais il manque une vraie prise de conscience qui se concrétise par l’action. Chacun doit agir individuellement pour éviter l’aggravation de la situation, y compris en France.

G.P.-C : Les déplacements de populations liés au réchauffement climatique sont irréversibles et vont avoir des conséquences dramatiques sur des millions de vies, déracinées de leur environnement, de leur repères de vie et même de survie. Ce qui est en jeu également, c’est la disparition à terme de cultures, d’expressions artistiques, d’identités et de modes de vie ancestraux broyés par l’obligation de s’adapter à d’autres lieux résolument différents. La négation sociale et culturelle.

Au Tchad, la hauteur du lac est aujourd’hui de 1,50 mètre, contre 6 mètres dans les années 60. A Shishmaref (Alaska), la banquise cède de plus en plus souvent sous le poids des motoneiges, mettant la vie des hommes en danger et compromettant la survie des phoques, base de l’alimentation et de la culture des Inupiaks. En Polynésie, la montée des eaux menace Tuvalu.  » Si je devais m’en aller loin de l’océan, je perdrais mon énergie et mon désir  » déclare un habitant.

Lié à la nature, l’homme subit les bouleversements du climat de plein fouet, et va devoir s’adapter parfois sans transition. Riches ou pauvres, en milieu rural ou urbain, le problème est universel.

PRATIQUE
Jusqu’au 30 octobre. Journées parisiennes de l’énergie et du climat. De 10h à 19h. Esplanade de l’Hôtel de Ville. Paris 1er. www.paris.fr
Le livre : Réfugiés climatiques, Collectif ARGOS, Ed. Infolio, 356 p. 39 € à commander à collectifargos@collectifargos.com
Le site :
www.collectifargos.com

Énergie + climat = journées parisiennes

Les 29 et 30 octobre, se tiendront les premières journées parisiennes de l’énergie et du climat. L’objectif : informer et sensibiliser concrètement les visiteurs sur les origines du changement climatique, ses conséquences ; et donner les clés pour mieux préserver l’environnement au quotidien.

Tout ça pour quoi ?
On a beau le répéter, le « grenelliser », l’éditer, bref alerter, le changement et le réchauffement climatiques poursuivent leurs ravages. Car la production de gaz à effet de serre, liée aux activités humaines, ne diminue pas. Résultat : la Terre, et tout ce qui la compose, est en danger. Pollution, résurgence de maladies respiratoires et infectieuses, fonte des glaces, élévation du niveau des eaux, disparition de territoires, déplacement de populations humaines et animales. Mais aussi hausse du nombre d’épisodes de sécheresse, de fortes pluies, de cyclones, etc, et leurs impacts sur les sols, l’habitat, la production agricole et l’élevage, la qualité de l’eau, et de facto sur les êtres vivants et la santé sont une réalité. Une réalité qui gagne du terrain et passe toutes les frontières – bien vulnérables enclos humains imaginaires – y compris celles de l’Europe, et donc de-la-Fran-ce.

L’ironie ? Les populations et les zones les plus touchées sont paradoxalement les plus fragilisées et les moins responsables. Pour l’instant. Mieux vaut vite sortir la tête du sable, car l’étouffement guette. L’ironie, ou plutôt la difficulté, veut aussi que la solution vienne de son auteur, l’homo industrialis, rattrapé par le progrès diront les uns, ses erreurs reconnaîtront les autres. Après avoir favorisé le développement industriel à tout va, prôné le gigantisme économique et mis au Panthéon la consommation de masse, l’heure est au durable (plus encore qu’au développement durable), au social et au solidaire. Au sens propre, et non marketing, des termes.

Tout ça pour qui  ?

Pour tous, car ce rendez-vous local citoyen s’annonce informatif, ludique et interactif. Organisé par la Mairie de Paris, en partenariat avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) et l’Agence régionale de l’environnement et de la maîtrise d’énergie (ARENE), l’événement propose de nombreuses conférences et débats, mais aussi des stands, des expos, animations, tables rondes et projections.

Enfants, adultes, professionnels et particuliers sont invités à soumettre leurs questions, leurs idées et leurs projets aux spécialistes présents (associations, entreprises du Bâtiment et de l’Énergie, institutions…), et à repartir la tête pleine de conseils avisés et les bras chargés de brochures pédagogiques et pratiques.

Habitat, déplacements, alimentation, consommation, gestion de l’eau, autant d’éléments de la vie de tous les jours que nous pouvons améliorer dès maintenant pour protéger notre planète. Chaque action, isolée ou non, a forcément un impact sur le reste du monde.

Journées parisiennes de l’énergie et du climat. Mercredi 29 et jeudi 30 octobre. De 10h à 19h. Esplanade de l’Hôtel de Ville. 75001 Paris. Entrée libre. www.paris.fr

Xavier Perrot à la Cité de l’Architecture

Plasticien du paysage, Xavier Perrot, 28 ans, est l’un des associés de Cao|Perrot studio. Lauréat de nombreux prix, dont les “Nouveaux albums des jeunes architectes et des paysagistes 2008″, il participe à l’exposition dédiée à la Cité de l’architecture et du patrimoine, inaugurée hier soir. Il fait sans aucun doute partie de la relève du petit monde du paysage, talentueuse, innovante et créative. Rencontre*.

xavier perrot_virginie de galzain
Xavier Perrot devant le Pavillon rouge/Jardins, jardin aux Tuileries, Paris 2008 ©Virginie de Galzain

> Cao|Perrot a une histoire particulière. Quel a été votre parcours ?
J’ai grandi en Bretagne. Mes parents étaient agriculteurs ; c’est sans doute ce qui m’a donné cette fibre d’arriver dans le paysage. A la fin de ma scolarité, j’ai intégré l’École du Paysage de Saint-Ilan, en Bretagne, pendant deux ans, avant de suivre une formation complémentaire au Conservatoire International des Jardins de Chaumont-sur-Loire. C’est là que j’ai rencontré Andy Cao, en 2001. Artiste paysagiste américain d’origine vietnamienne, il participait au festival international de jardins avec Desert Sea, un jardin contemporain de contemplation. On peut vraiment parler d’une rencontre affinitaire. Peu de mots, mais une compréhension et une sensibilité communes immédiates.

Je venais de tenter le concours de l’École Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, quand il a appris qu’il avait remporté le Grand prix de Rome**. Il m’a proposé de partir avec lui pour une année de recherches à l’Académie américaine de Rome. Ca a été une expérience fascinante ! Une ouverture sur différentes disciplines, qui permet aussi d’appréhender la façon dont chacun – chercheurs, artistes, archéologues, architectes, compositeurs, historiens de l’art – conceptualise ses projets. Je me suis rendu compte que nous étions finalement tous à la recherche de la même chose : stimuler les émotions. Nous avons réalisé notre première installation : la Red Box, une réinterpretation de l’érotisme dans les églises romaines. Un environnement sensoriel, qui offrait un parcours sensuel inédit aux visiteurs : caresser un mur de gazon, humer l’encens qui se consume, recevoir un massage de pieds, écouter un solo de clarinette, contempler un mur de bougies…

Red box, vues intérieur & extérieur/Académie américaine de Rome, Italie 2002  ©Stephen Jerrom

> Vous avez une approche très plurielle de la notion de jardin et de paysage : une conception plasticienne et pratique qui tend vers l’oeuvre d’art vivante et accessible. Cette dimension est nouvelle en France.
La première question qu’il faut s’autoriser à se poser est : qu’est-ce que le jardin aujourd’hui ? Qu’est-ce que la nature ? Pour nous, cela ne se résume pas à des plantes disposées avec esthétique. C’est un environnement, une atmosphère, des dynamiques. Tout espace comportant une idée peut être un jardin ! Faire fusionner les disciplines plutôt que de les cloisonner fait partie de notre approche, et la façon dont on conçoit un projet et dont on le réalise est aussi importante que le résultat. Nous avons toujours eu des intérêts multiples, pour les arts, la mode, l’architecture, etc. On donne vie à un jardin, on imagine des histoires en nous appropriant des éléments icôniques de telle ou telle culture, on l’habille en détournant l’utilisation de matériaux courants.

Nous voulons donner à chacun la possibilité de rentrer dans le jardin, au sens propre du terme, de s’intégrer à la réalisation paysagère et artistique, tout en gardant une dimension contemplative très présente. Chaque jardin comporte des inspirations, des influences subtiles qui permettent aux promeneurs de puiser dans leur propre histoire, de retrouver des traces de leur culture, des évocations revisitées de leur quotidien. Nous n’imposons rien. Libre à chacun de vivre et d’agir pleinement, d’interpréter librement ce qu’il voit, ce qu’il ressent. De toucher un gazon vertical, de marcher pieds nus sur une île de verre ou une lande de nylon crocheté, de s’asseoir sur des cousins végétaux, de percevoir des parfums subtils. Un voyage, et un éveil absolu des sens.

Lullaby garden/Cornerstone Festival of Gardens, Californie 2004 ©Stephen Jerrom

> Vos réalisations sont à la fois très sophistiquées et très authentiques, lumineuses et aériennes, à la frontière du rêve et du réel…
Dans la plupart des projets, la préparation est très longue. Nous devons sans cesse nous adapter au milieu. Nous aimons l’idée de ne pas être prisonniers des courants, des modes. Andy Cao et moi-même avons des origines différentes, mais aussi de nombreux points communs qui ont ouvert nos horizons. C’est vital. Dans tout ce que nous faisons, on essaie toujours d’apporter une sensibilité particulière au paysage, et de créer une expérience des sens et un dialogue avec l’observateur. De stimuler une réponse émotionnelle. De mixer une approche contemporaine et accessible, une sophistication naturelle, des énergies. De garder une dimension humaine forte, dans tous les sens du terme.

On se place à la fois sur le paysage et les arts plastiques, en créant des connexions avec l’environnement. Beaucoup de nos réalisations sont faites à la main, avec une utilisation détournée des matériaux que l’on a l’habitude de voir dans le quotidien. Comme le grillage à poule utilisé pour le Pavillon rouge exposé lors de Jardin, Jardins aux Tuileries ; des bogues de noix de coco au sol, le fil de pêche pour le Lullaby garden ou les Cocons installés dans la Baie de San Francisco ; des objets en verre fusionnés ou polis qui permettent de capter la lumière de façon magique, de donner des aspects saisissants, incandescents, métalliques ou liquides… Nous donnons une nouvelle identité et une nouvelle vie aux matériaux, en essayant de représenter l’idée de cycle et de dynamique omniprésente dans la nature. Un paysage imaginaire avec tout ce qu’il peut avoir de légèreté et d’impermanence, le somptueux de l’éphémère.

Jardin des Hespérides/Festival des jardins de Métis, Québec 2006-2007 ©Louise Tanguay

> Comment vous positionnez-vous face à la déferlante “aménagement durable” ?
L’aménagement, le développement durable, ce n’est pas nouveau ! C’est très bien en soi. C’est une démarche qu’on essaie d’avoir bien sûr, avec l’utilisation de matériaux recyclés par exemple. La possibilité de travailler avec des artisans étrangers comme cela a été le cas pour le Lullaby Garden, pour lequel nous sommes partis au Vietnam, le pays natal de mon associé qui n’y était pas retourné depuis 25 ans. Mais nous devons aussi nous adapter aux demandes. Le projet du futur Central Park (nouveau district de Guangming à Shenzhen) en Chine, représente un véritable défi en termes de développement durable. D’autant qu’il s’agit d’un site agricole de 240 hectares qui va être en grande partie réaménagé de la main de l’homme. Un réel paradoxe. Ce qui est dérangeant est que tout cela devient un argument publicitaire, une étiquette pour vendre. Cette notion est surmédiatisée aujourd’hui, mais peu sont ceux qui en font réellement. Beaucoup ne savent pas de quoi ils parlent, l’appliquent pour se donner bonne conscience. C’est tout de même étrange de créer une piste de ski dans un désert à 45°C, non ?

Notre approche se situe à un autre niveau. Il s’agit de repenser l’idée de « déchets » selon deux principes : puiser dans la terre des ressources, les utiliser, puis les redonner à la terre à la fin de leur cycle, et réutiliser le reste, recycler. Nous devons penser à consommer autrement, à nous libérer de cette dépendance qu’on nous impose : le tout jetable, le tout plastique et synthétique, le pétrole… pour ne citer que quelques exemples. À concevoir autrement, et là, c’est notre devoir de concepteurs. Puisqu’on ne peut pas se passer de la voiture, pourquoi ne pas envisager sérieusement les technologies de substitution, non polluantes ? Transformer les champs et les forêts pour le compte des bio-carburants : belle gageure! L’écologie, c’est avoir une conception globale du développement, qui va dans le sens d’une vraie pensée : biologique, humaine, territoriale, environnementale, etc, en évitant les abus et l’exploitation. Les solutions existent alors que les lobbies prônent la destruction de la planète ! L’écologisme, dans le sens politique et militant, n’a jamais fait de nous des citoyens écolos. Soyons éco-logiques plutôt qu’écologistes !

EN SAVOIR PLUS
www.caoperrotstudio.com

EXPO
Du 8 octobre 2008 au 25 janvier 2009 : expo à la Cité de l’architecture et du Patrimoine (Nouveaux albums des jeunes architectes et des paysagistes). 1 place du Trocadéro. Paris 16e. www.citechaillot.fr
* Interview réalisée le 21 juillet 2008, à Paris; ** équivalent du Prix Médicis.

Gilles Clément, Guillaume Bonnel, et moi

Petite auto promo pour une fois : la sortie d’un livre* dont j’ai le plaisir de signer les textes ; les photos sont de Guillaume Bonnel. Voyage au coeur du Domaine du Rayol, un site conçu par un homme que j’admire profondément, le paysagiste Gilles Clément (qui signe la préface), représentation d’une écologie humaniste plaçant le vivant au coeur de toute préoccupation. Un concentré de la beauté du monde, révélateur des enjeux de la survie planétaire.
Éditions La Martinière/Aubanel. En vente dès aujourd’hui en librairie !


*Les jardins du Domaine du Rayol. Voyage en Méditerranées.
Ed°. AUbanel/La Martinière. 160 p. 32 euros.
Un immense merci à Caroline Petit, Gilles Clément et Anne Serroy, qui nous ont confié ce superbe projet.
Le site de Gilles Clément : www.gillesclement.com  Le domaine du Rayol : www.domainedurayol.org

Xavier Perrot : interview

Plasticien du paysage, Xavier Perrot, 28 ans, est l’un des associés de Cao|Perrot studio. Lauréat de nombreux prix, dont les “Nouveaux albums des jeunes architectes et des paysagistes 2008″ décernés en avril par le ministère de la Culture et de la Communication, il fait sans aucun doute partie de la relève du petit monde du paysage, talentueuse, innovante et créative. Rencontre*.

> Cao|Perrot a une histoire particulière. Quel a été votre parcours ?
J’ai grandi en Bretagne. Mes parents étaient agriculteurs ; c’est sans doute ce qui m’a donné cette fibre d’arriver dans le paysage. A la fin de ma scolarité, j’ai intégré l’École du Paysage de Saint-Ilan, en Bretagne, pendant deux ans, avant de suivre une formation complémentaire au Conservatoire International des Jardins de Chaumont-sur-Loire. C’est là que j’ai rencontré Andy Cao, en 2001. Artiste paysagiste américain d’origine vietnamienne, il participait au festival international de jardins avec Desert Sea, un jardin contemporain de contemplation. On peut vraiment parler d’une rencontre affinitaire. Peu de mots, mais une compréhension et une sensibilité communes immédiates.

Je venais de tenter le concours de l’École Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, quand il a appris qu’il avait remporté le Grand prix de Rome**. Il m’a proposé de partir avec lui pour une année de recherches à l’Académie américaine de Rome. Ca a été une expérience fascinante ! Une ouverture sur différentes disciplines, qui permet aussi d’appréhender la façon dont chacun – chercheurs, artistes, archéologues, architectes, compositeurs, historiens de l’art – conceptualise ses projets. Je me suis rendu compte que nous étions finalement tous à la recherche de la même chose : stimuler les émotions. Nous avons réalisé notre première installation : la Red Box, une réinterprétation de l’érotisme dans les églises romaines. Un environnement sensoriel, qui offrait un parcours sensuel inédit aux visiteurs : caresser un mur de gazon, humer l’encens qui se consume, recevoir un massage de pieds, écouter un solo de clarinette, contempler un mur de bougies…

Red box, vues intérieur & extérieur/Académie américaine de Rome, Italie 2002  ©Stephen Jerrom

> Vous avez une approche très plurielle de la notion de jardin et de paysage : une conception plasticienne et pratique qui tend vers l’oeuvre d’art vivante et accessible. Cette dimension est nouvelle en France.
La première question qu’il faut s’autoriser à se poser est : qu’est-ce que le jardin aujourd’hui ? Qu’est-ce que la nature ? Pour nous, cela ne se résume pas à des plantes disposées avec esthétique. C’est un environnement, une atmosphère, des dynamiques. Tout espace comportant une idée peut être un jardin ! Faire fusionner les disciplines plutôt que de les cloisonner fait partie de notre approche, et la façon dont on conçoit un projet et dont on le réalise est aussi importante que le résultat. Nous avons toujours eu des intérêts multiples, pour les arts, la mode, l’architecture, etc. On donne vie à un jardin, on imagine des histoires en nous appropriant des éléments icôniques de telle ou telle culture, on l’habille en détournant l’utilisation de matériaux courants.

Nous voulons donner à chacun la possibilité de rentrer dans le jardin, au sens propre du terme, de s’intégrer à la réalisation paysagère et artistique, tout en gardant une dimension contemplative très présente. Chaque jardin comporte des inspirations, des influences subtiles qui permettent aux promeneurs de puiser dans leur propre histoire, de retrouver des traces de leur culture, des évocations revisitées de leur quotidien. Nous n’imposons rien. Libre à chacun de vivre et d’agir pleinement, d’interpréter librement ce qu’il voit, ce qu’il ressent. De toucher un gazon vertical, de marcher pieds nus sur une île de verre ou une lande de nylon crocheté, de s’asseoir sur des cousins végétaux, de percevoir des parfums subtils. Un voyage, et un éveil absolu des sens.

Lullaby garden/Cornerstone Festival of Gardens, Californie 2004 ©Stephen Jerrom

> Vos réalisations sont à la fois très sophistiquées et très authentiques, lumineuses et aériennes, à la frontière du rêve et du réel…
Dans la plupart des projets, la préparation est très longue. Nous devons sans cesse nous adapter au milieu. Nous aimons l’idée de ne pas être prisonniers des courants, des modes. Andy Cao et moi-même avons des origines différentes, mais aussi de nombreux points communs qui ont ouvert nos horizons. C’est vital. Dans tout ce que nous faisons, on essaie toujours d’apporter une sensibilité particulière au paysage, et de créer une expérience des sens et un dialogue avec l’observateur. De stimuler une réponse émotionnelle. De mixer une approche contemporaine et accessible, une sophistication naturelle, des énergies. De garder une dimension humaine forte, dans tous les sens du terme.

On se place à la fois sur le paysage et les arts plastiques, en créant des connexions avec l’environnement. Beaucoup de nos réalisations sont faites à la main, avec une utilisation détournée des matériaux que l’on a l’habitude de voir dans le quotidien. Comme le grillage à poule utilisé pour le Pavillon rouge exposé lors de Jardin, Jardins aux Tuileries ; des bogues de noix de coco au sol, le fil de pêche pour le Lullaby garden ou les Cocons installés dans la Baie de San Francisco ; des objets en verre fusionnés ou polis qui permettent de capter la lumière de façon magique, de donner des aspects saisissants, incandescents, métalliques ou liquides… Nous donnons une nouvelle identité et une nouvelle vie aux matériaux, en essayant de représenter l’idée de cycle et de dynamique omniprésente dans la nature. Un paysage imaginaire avec tout ce qu’il peut avoir de légèreté et d’impermanence, le somptueux de l’éphémère.

Jardin des Hespérides/Festival des jardins de Métis, Québec 2006-2007 ©Louise Tanguay

> Comment vous positionnez-vous face à la déferlante “aménagement durable” ?
L’aménagement, le développement durable, ce n’est pas nouveau ! C’est très bien en soi. C’est une démarche qu’on essaie d’avoir bien sûr, avec l’utilisation de matériaux recyclés par exemple. La possibilité de travailler avec des artisans étrangers comme cela a été le cas pour le Lullaby Garden, pour lequel nous sommes partis au Vietnam, le pays natal de mon associé qui n’y était pas retourné depuis 25 ans. Mais nous devons aussi nous adapter aux demandes. Le projet du futur Central Park (nouveau district de Guangming à Shenzhen) en Chine, représente un véritable défi en termes de développement durable. D’autant qu’il s’agit d’un site agricole de 240 hectares qui va être en grande partie réaménagé de la main de l’homme. Un réel paradoxe. Ce qui est dérangeant est que tout cela devient un argument publicitaire, une étiquette pour vendre. Cette notion est surmédiatisée aujourd’hui, mais peu sont ceux qui en font réellement. Beaucoup ne savent pas de quoi ils parlent, l’appliquent pour se donner bonne conscience. C’est tout de même étrange de créer une piste de ski dans un désert à 45°C, non ?

Notre approche se situe à un autre niveau. Il s’agit de repenser l’idée de « déchets » selon deux principes : puiser dans la terre des ressources, les utiliser, puis les redonner à la terre à la fin de leur cycle, et réutiliser le reste, recycler. Nous devons penser à consommer autrement, à nous libérer de cette dépendance qu’on nous impose : le tout jetable, le tout plastique et synthétique, le pétrole… pour ne citer que quelques exemples. À concevoir autrement, et là, c’est notre devoir de concepteurs. Puisqu’on ne peut pas se passer de la voiture, pourquoi ne pas envisager sérieusement les technologies de substitution, non polluantes ?   Transformer les champs et les forêts pour le compte des bio-carburants : belle gageure! L’écologie, c’est avoir une conception globale du développement, qui va dans le sens d’une vraie pensée : biologique, humaine, territoriale, environnementale, etc, en évitant les abus et l’exploitation. Les solutions existent alors que les lobbies prônent la destruction de la planète ! L’écologisme, dans le sens politique et militant, n’a jamais fait de nous des citoyens écolos. Soyons éco-logiques plutôt qu’écologistes !


Xavier Perrot devant le Pavillon rouge/Jardins, jardin aux Tuileries, Paris 2008 ©Virginie de Galzain

EN SAVOIR PLUS
www.caoperrotstudio.com

EXPO
Du 8 octobre 2008 au 25 janvier 2009 : expo à la Cité de l’architecture et du Patrimoine (Nouveaux albums des jeunes architectes et des paysagistes). 1 place du Trocadéro. Paris 16e. www.citechaillot.fr
* Interview réalisée le 21 juillet 2008, à Paris; ** équivalent du Prix Médicis.

Environmental buzz

« I know if all the money spent on war was spent on finding environmental answers, ending poverty and finding treatises, what a wonderful place this earth would be !”

Encore une vidéo qui tourne en ce moment sur la toile, plus de 15 ans après. Severn Cullis-Suzuki a 12 ans lorsqu’elle prononce son discours au Sommet de la Terre de Rio de Janeiro, en 1992. L’année suivante, elle reçoit le Global 500 Roll of Honour du Programme de l’environnement des Nations Unies (UNEP). Née au Canada, cette activiste écologiste (Environmental children’s organization, United Nation’s Earth Charter Commission, etc) suit les traces de son père : le généticien et chercheur David Suzuki. Militant actif et influent, il a reçu le prix Hommage des Prix canadiens de l’environnement en 2005.

À 28 ans, Severn Cullis-Suzuki est diplômée en Sciences de l’écologie, en biologie évolutionnaire, et en ethnobotanique. Auteur de plusieurs articles et ouvrages, elle poursuit ses recherches et son engagement en faveur de la protection de l’environnement et de la justice sociale. La conscience de l’interaction entre l’homme et son milieu de vie (habitat, famille, économie, politique…) étant une de ses clés de voute, et l’action au quotidien à tous les niveaux une nécessité. Une évidence que nous avons tous à l’esprit, mais dont la prise de conscience effective demeure totalement insuffisante voire au stade virtuel. Attendre que le pire survienne pour se sentir concerné. Plutôt que d’anticiper.

La jeune femme est considérée comme une des personnalités citoyennes les plus importantes de la nouvelle génération canadienne.

Bali nature

VOIR AUSSI LE DIAPORAMA Bali Golden age et d’autres photos en ligne sur le blog.


Bali 2008 ©Virginie de Galzain

Le paysage rural, sculpté par la culture du riz, est caractérisé par des rizières en terrasses. Les teintes frôlent un camaïeu de vert saturé, à la limite du phosphorescent en fonction de la lumière et des heures de la journée. En raison du relief, le mode de culture reste traditionnel mais fatiguant, accordé naturellement à la protection de l’environnement. À Bali, cette céréale a une dimension utilitaire mais aussi sacrée. Les paysans font des offrandes régulières à Dewi Seri, la déesse du riz.

Un tourisme citoyen

En ce lendemain de journée mondiale de l’Environnement… pourquoi s’arrêter… une interview de Jean-Pierre Lozato-Giotard sur les ravages du tourisme de masse, sur une double page que j’ai le plaisir de partager avec Charles (Delcourt !), qui signe les photos.

Elle est publiée ce mois-ci dans le magazine 2512, un mensuel culturel et sociétal édité à La Réunion. L’Île accueillera d’ailleurs du 7 au 11 juillet prochain la conférence internationale « les îles et l’Union européenne : stratégie face au changement climatique et à la perte de la biodiversité », en partenariat avec l’Union mondiale pour la nature (IUCN) et l’Observatoire national sur les effets de réchauffement climatique (ONERC). Cliquez ci-dessous pour agrandir et lire.

Ecotourisme itw _ virginie de galzain

L’eau potable pour tous : une utopie concrète?

La journée mondiale de l’Eau 2008 est célébrée dans le contexte de l’Année internationale de l’assainissement. Une question prioritaire qui conditionne l’équilibre et la durabilité de notre planète et de ses habitants.

Près de 2,5 milliards de personnes sur les 6,68 milliards que compte le monde ne bénéficient pas d’installations sanitaires assainies, et 1 milliard n’a pas accès à de l’eau potable. Une situation qui constitue une grave menace pour la santé et cause notamment chaque année la mort de 1,6 million d’enfants. Sur les 3% d’eau douce qui composent la Terre, à peine 0.5 % est utilisable par l’homme. Côté consommation, on estime la moyenne annuelle à 1500 m3 par habitant dans un pays riche, contre 100 m3 par habitant dans un pays pauvre. Des quantités et une qualité très inégalement réparties, qui ne répondent pas pour beaucoup au minimum vital, et dont les ressources, épuisables, diminuent un peu plus chaque année.

La raréfaction d’une ressource vitale
L’accès à l’eau potable conditionne la santé, et par extension l’égalité, la dignité et le développement social de l’homme, le maintien et la stabilité de son environnement. À des échelles différentes, chaque pays est concerné. Les pays industrialisés doivent redoubler de vigilance face aux problèmes de rejets de produits chimiques et des eaux usées, à l’utilisation massive d’engrais et de pesticides et à une activité humaine négligeante (gaspillage, surconsommation, installations luxueuses).
Quant aux pays pauvres et en voie de développement, ils n’ont pas accès, pour la plupart, à une eau potable et saine, tant en quantité qu’en qualité, et ne disposent pas de moyens suffisants pour l’acheminer, s’approvisionner ou la purifier. D’autre part, leur gestion de l’eau est freinée par des infrastructures et des réseaux défectueux, voire une méconnaissance de son utilisation dans le cadre d’activités de production par exemple. Enfin, l’eau est au cœur d’enjeux politiques stratégiques, devenant un véritable outil de pression et une arme de guerre, dont les premières victimes sont comme toujours les populations civiles, particulièrement dans les zones défavorisées et fragiles.

Le réchauffement climatique
On en parle, on en parle. Mais de la prise de conscience à l’action, du chemin reste à parcourir. Le constat est pourtant sans équivoque et irréversible. Jean Jouzel, directeur de recherches au CEA et vice-président du groupe scientifique du GIEC rappelle l’urgence de la situation :  » Il est acquis que le réchauffement climatique des dernières décennies a déjà des conséquences perceptibles. (…) Les impacts sont très susceptibles d’augmenter dans tous les secteurs, ressources en eau, santé humaine entre autres, et de forcer des populations entières à devenir des réfugiés climatiques.  »
Hausse des températures, assèchement progressif des sols, intensification des cyclones, élévation du niveau des mers, vagues de chaleur, etc, le processus est enclenché, et risque de remettre en question la vie et la survie de millions d’hommes supplémentaires.

Une responsabilité collective
L’urgence, c’est une redéfinition des projets économiques et politiques, compatibles avec la vie de l’homme et favorables au développement de la planète. Durable, évidemment, car qui dit développement dit durabilité. Ce qui suppose de le rendre possible ! Ce qui dépend des hautes instances, dirigeantes et décisionnaires dont chaque action conditionne davantage l’équilibre ou le désordre mondial. Cela passe aussi par chacun d’entre nous ; avec des réflexes simples au quotidien (prévenir les fuites d’eau, adapter sa consommation, limiter le gaspillage, recycler, récupérer l’eau, limiter l’usage de produits polluants pour protéger l’environnement, etc) : le moindre geste compte.

Santé, habitat, industrie, économie, environnement, ressources, etc, tous les domaines liés de près ou de loin à la vie de l’homme sont menacés par une détérioration de la qualité de l’eau et une diminution de ses réserves. Loin d’un catastrophisme clinique, cet état des lieux avéré est un défi que l’humanité se doit de relever maintenant.  » Future  » ou  » no future  » ? Là est la réponse.

www.unesco.org/water & www.who.int/topics/water/fr
Voir aussi post 22 mars 2007

Zoom sur… « Réfugiés climatiques »

Pendant quatre ans, les journalistes du collectif Argos* ont partagé le quotidien d’hommes et de femmes qui vont être poussés à l’exil à cause du réchauffement climatique.
Près de 5 000 photos, 200 heures d’enregistrement et plusieurs séjours dans neuf régions du monde ont été nécessaires pour donner naissance à leur premier ouvrage : Réfugiés climatiques. Retour sur une aventure humaine peu ordinaire, avec Laurent Weyl, photographe et Guy-Pierre Chomette, rédacteur.

collectif-argos06.jpg
© Collectif ARGOS_Tuvalu

Comment est né le projet Réfugiés climatiques ? Comment l’avez-vous préparé ?
Laurent WEYL :
Depuis sa création en 2001, le collectif est engagé dans une démarche documentaire liée aux mutations et enjeux sociaux et environnementaux. Il nous est apparu nécessaire d’humaniser un concept qui demeure essentiellement scientifique, – particulièrement ici, en France : le réchauffement climatique, et de mettre en avant ses conséquences humaines. Il a fallu près d’un an de préparation sur la base d’avis d’experts (Giec, IRD, AEE, etc) pour choisir les destinations, avoir une caution scientifique, prendre conscience de tous les enjeux. Selon l’ONU, près de 150 millions de personnes vont devoir quitter leur lieu de vie en raison des dérèglements climatiques liés d’ici à 2050. 150 millions de vies en danger de mort.

Guy-Pierre CHOMETTE : La première difficulté résidait dans l’ampleur du sujet. Il aurait été impossible de traiter de tous les aspects liés à l’environnement. Peu à peu, nous nous sommes recentrés sur le réchauffement climatique, la question de la responsabilité des pays développés dans l’augmentation de l’effet de serre. La responsabilité de l’activité humaine sur la vie de millions d’hommes et de femmes.
La deuxième difficulté consistait à consolider le projet, puisque nous abordions un sujet très sensible tant d’un point de vue scientifique que politique. Nous avons par exemple du renoncer à partir au Brésil et dans les Andes… Il nous fallait aussi définir les origines des déplacements de populations : montée des eaux, désertification, intensification des cyclones, etc, pour montrer leur caractère universel. Tout le monde est concerné aujourd’hui !

collectif-argos01.jpg
© Collectif ARGOS_Bangladesh

Neuf destinations, quatre ans de travail et une organisation à toute épreuve…
L.W :
Il a fallu faire un choix parmi les nombreuses destinations touchées par le réchauffement climatique : les îles Tuvalu, les Maldives, les deltas du Bangladesh et Hallingen concernés par la montée du niveau des eaux ; le Tchad et la Chine par la désertification ; mais aussi la fonte des glaciers au Népal, les cyclones dévastateurs aux Etats-Unis ou le dégel en Alaska.
Ensuite, nous avons fonctionné en tandem rédacteur/photographe, et sommes retournés dans l’ensemble au moins deux fois sur place à environ six mois d’intervalle. Chaque fois, nous avons passé de 5 à 9 semaines au sein d’une famille ou d’un quartier, d’un village pour partager leur quotidien, nous imprégner de la vie locale et la comprendre. Nous avons tous été frappés par la conscience que les futurs réfugiés avaient des modifications climatiques et des incidences sur leur vie. Même au fin fond du Bangladesh, les habitants ont reçu une formation sommaire sur les conséquences du réchauffement climatique. Et ce qu’ils veulent par dessus tout, c’est s’adapter. Pour rien au monde ils ne veulent partir, car ils savent qu’ils ne reviendront jamais.

G.P.-C : Nous avons du franchir quelques difficultés d’ordres administratif, politique et langagier bien sûr (Maldives, Chine notamment). Mais ensuite, l’idée était en effet de rester le plus longtemps possible avec les mêmes personnes pour gagner leur confiance, enlever toutes les barrières jusqu’à être liés à leur univers et devenir invisibles. Il était nécessaire d’avoir des regards parallèles et complémentaires pour couvrir le maximum de choses, être confrontés à des situations différentes et recueillir de nombreux témoignages. Pour enfin parvenir à décrypter les conséquences du réchauffement climatique aux quatre coins du monde.

collectif-argos03.jpg
© Collectif ARGOS_
Shishmaref

Votre approche est à la fois narrative et iconographique. Un enjeu clé pour sensibiliser le grand public…
L.W :
Tous les membres du collectif sont journalistes. Notre approche est donc volontairement axée sur les aspects narratifs ET photographiques. En fonction des destination, les textes abordent des extraits du quotidien des réfugiés climatiques au travers de citations, d’une histoire, de destins ordinaires parfois tragiques. Les images que nous avons rapportées sont moins des regards que des informations photographiques. C’est là que réside toute la force du projet. Il y a aujourd’hui une conscience du problème puisque tout le monde est informé. Mais il manque une vraie prise de conscience qui se concrétise par l’action. Chacun doit agir individuellement pour éviter l’aggravation de la situation, y compris en France.

G.P.-C : Les déplacements de populations liés au réchauffement climatique sont irréversibles et vont avoir des conséquences dramatiques sur des millions de vies, déracinées de leur environnement, de leur repères de vie et même de survie. Ce qui est en jeu également, c’est la disparition à terme de cultures, d’expressions artistiques, d’identités et de modes de vie ancestraux broyés par l’obligation de s’adapter à d’autres lieux résolument différents. La négation sociale et culturelle.
Au Tchad, la hauteur du lac est aujourd’hui de 1,50 mètre, contre 6 mètres dans les années 60. A Shishmaref (Alaska), la banquise cède de plus en plus souvent sous le poids des motoneiges, mettant la vie des hommes en danger et compromettant la survie des phoques, base de l’alimentation et de la culture des Inupiaks. En Polynésie, la montée des eaux menace Tuvalu.  » Si je devais m’en aller loin de l’océan, je perdrais mon énergie et mon désir  » déclare un habitant.

Lié à la nature, l’homme subit ses bouleversements de plein fouet et va devoir s’adapter parfois sans transition. Riches ou pauvres, en milieu rural ou urbain, le problème est universel.

Réfugiés climatiques, Collectif ARGOS, Ed. Infolio, 356 pages. 39 €
www.infolio.ch & www.collectifargos.com


*Guy-Pierre Chomette, Guillaume Collanges, Hélène David, Jérômine Dérigny, Cédric Faimali, Donatien Garnier, Eléonore Henry de Frahan, Aude Raux, Laurent Weyl, Jacques Windenberger.
**Remerciements : Laurent Weyl & Guy-Pierre Chomette pour leur disponibilité.

Infolio, éditeur engagé

 » Sans doute est-il plus facile de donner de l’argent que de changer son mode de vie, constate Hubert Reeves. (…) Pourtant, L’Europe ne sera pas épargnée. (…) Nous sommes tous des Terriens, et, devant le péril du réchauffement climatique, il faut s’organiser autrement. Vite. « 

 

couv-refugies-climatiques-collectif-argos

Créées en 1999, les éditions Infolio ont construit une ligne éditoriale exigeante autour de l’archéologie, l’architecture, l’histoire, l’art ou la photographie. Pour chacune de ses collections, elle s’entoure des meilleurs spécialistes pour offrir des ouvrages d’une grande qualité graphique et rédactionnelle. Avec une quarantaine de publications par an, elle privilégie sélection et qualité des projets, alliant thématiques pointues et parutions grand public.
Le 15 novembre sera marqué par la sortie de leur dernière publication en librairie : Réfugiés climatiques*, du collectif Argos (lire entretiens du 15/11).

Préfacé par l’astrophysicien Hubert Reeves et Jean Jouzel (vice-président du groupe scientifique du Giec, organisme co-prix Nobel de la paix 2007), le livre est une mise en exergue de la situation alarmante des migrations liées exclusivement au réchauffement climatique. Un focus en textes, témoignages et quelque 200 sublimes photos sur neuf régions du monde déjà affectées : du Tchad au Bengladesh, en passant par le Népal et la Chine, des Maldives aux îles Tuvalu, l’Alaska, Halligen et la Nouvelle-Orléans. Sans militantisme décalé, les journalistes du collectif Argos (photographes et rédacteurs) signent ici la chronique engagée et très humaine d’une prise de conscience urgente : changer nos modes de vie.

L’éditeur a volontairement choisi un format intermédiaire (18×24) incitant à la lecture et invitant à s’immerger dans les superbes images d’une réalité instable. La mise en page sobre et élégante allie mise en valeur iconographique rythmée par des textes riches d’expériences, comme autant de scènes de vie, d’histoires, de cultures millénaires, dont la perte sera irréversible.

*Réfugiés climatiques, Collectif ARGOS, Ed. Infolio, 356 pages. 39 €
www.infolio.ch & www.collectifargos.com
**Remerciements : Apolline Alaguillaume.

Bob Dylan & Mark Edwards

1969 : Mark Edwards, photographe, est sauvé par des nomades en plein désert. Un radiocassette chante A hard rain’s a gonna fall ? de Bob Dylan. Prémonitoire…

elpaiscom.jpg

La suite? Plus de 30 ans, 150 pays et un livre plus tard, Mark Edwards présente Hard Rain, our headlong collision with nature, une exposition itinérante mise en scène dans les plus grands jardins botaniques du monde, lieux symboliques garants du vivant.

Une réflexion urgente sur l’état de notre planète, sur ce que les hommes en ont fait : la dégradation certaine des conditions de vie et de son environnement. Parce que nous sommes l’ultime solution de notre survie. Il est temps d’ouvrir les yeux! Et d’agir.

« (…) I’ll walk to the depths of the deepest black forest,
Where the people are many and their hands are all empty,
Where the pellets of poison are flooding their waters,
Where the home in the valley meets the damp dirty prison,
Where the executioner’s face is always well hidden,
Where hunger is ugly,
Where souls are forgotten,
Where black is the color,
Where none is the number (…) »

Bob Dylan

A VOIR : Dylan, Mark Edwards et l’apocalypse, une sublime association en musique et en photos sur le changement climatique www.ep3.es/?obj_id=4507

PRATIQUE : www.hardrainproject.com
& notamment : jusqu’au 20 octobre au Real Jardin Botanico de Madrid, jusqu’au 31 décembre au Jardin botanique de Belgique à Meise.

Ecotourisme : impact planétaire

Face au tourisme de masse, l’écotourisme apparaît aujourd’hui comme LA solution possible et nécessaire pour la sauvegarde de notre planète. Le point avec Pascal Languillon, président fondateur de l’AFE (Association française d’écotourisme).

association-francaise-decotourisme.jpg

√ L’environnement est l’enjeu clé du tourisme de masse. Quelle est votre définition de ce qu’on appelle l’écotourisme ?
Pascal Languillon:
L’environnement est en effet l’un des enjeux clés du tourisme de masse, mais il n’est pas le seul. Il y a également la préservation de la culture des lieux visités, la lutte contre la misère sociale, etc. L’écotourisme est un tourisme qui tente de minimiser les impacts négatifs du tourisme et de  » maximiser  » ses bénéfices : participer à la protection de l’environnement, favoriser le bien-être social et valoriser la culture des destinations. Il se pratique particulièrement au sein de structures à taille humaine, et revêt plusieurs formes (tours guidés au sein des milieux naturels, hébergement en hôtels écologiques, du plus rustique au plus luxueux, etc). Il peut se pratiquer en France ou à l’étranger, et relève d’une philosophie du voyage plus que d’une liste de pratiques standardisées.

Toutefois, il ne doit pas être confondu avec de l’humanitaire. L’écotourisme, ce sont des vacances avant tout, du plaisir ! On peut trouver par exemple un séjour à la rencontre des phoques dans la Baie de Somme ou bien une péniche solaire sur le Canal du Midi, un écolodge de luxe au Costa Rica ou une kasbah traditionnelle au Maroc, comme un voyage au rythme des nomades en Mongolie… De nombreux autres exemples comme celui-ci existent.

√ L’impact des comportements liés au tourisme est primordial. Et la prise de conscience se doit d’être générale, mondiale. Quels sont les gestes simples de l’écotouriste ?
P.L: A mon sens, il faut surtout savoir où on part et pourquoi : nombreux sont ceux qui choisissent encore leurs vacances par rapport à une offre tarifaire et un concept farniente (all-inclusive, …) plutôt qu’à un véritable intérêt pour un pays, d’où des comportements parfois peu respectueux dans les pays visités. Il faut savoir s’intéresser au patrimoine de la destination visitée, s’enrichir de la différence plutôt que de s’enfermer entre quatre murs de béton.

Afin de réduire son impact écologique, on peut bien sûr privilégier quand c’est possible le train, le vélo… Adopter quelques bonnes habitudes, valables dans la vie de tous les jours, comme éviter de jeter ses déchets dans la nature et les mettre dans une poubelle, ne pas arracher ni piétiner la végétation, respecter la faune et son habitat, éviter de gaspiller l’eau et l’énergie. Mais aussi s’informer sur la culture et les traditions locales, avoir des comportements adaptés aux niveaux relationnel et vestimentaire notamment… Enfin, nous conseillons également aux touristes de bien choisir leur hébergement et tour opérateur, en s’intéressant aux engagements de ces derniers pour le développement durable. C’est d’ailleurs la raison d’être de notre site Voyagerpourlaplanète.com.

L’écotourisme, phénomène de mode lucratif et galvaudé ou philosophie de vie pour l’avenir de la planète ?
P.L: L’écotourisme n’est malheureusement pas toujours lucratif ; s’il existe un intérêt réel et croissant de la part du public, le marché reste encore aujourd’hui très étroit et de nombreuses structures très impliquées dans le développement durable ont beaucoup de mal à pérenniser leurs actions. D’un autre côté, il existe de « gros » tours opérateurs solides qui commencent à utiliser les termes « écotourisme » et « responsable », il est vrai dans une démarche qui pourrait être qualifiée dans certains cas d’opportunisme marketing.

Pour autant, l’écotourisme est un mouvement qui est loin d’être galvaudé car en pleine renaissance. De nouvelles offres apparaissent tous les jours aux quatre coins du globe adaptées à chacun, et pas forcément plus onéreuses ni élitistes, contrairement aux idées reçues. L’avenir de la planète intéresse maintenant beaucoup de monde, et il y a fort à parier que la plupart des opérations touristiques du siècle à venir seront pensées avec l’environnement en tête.

POUR EN SAVOIR PLUS
www.ecotourisme.info & www.voyagespourlaplanete.com


A LIRE
Le chemin vers l’écotourisme
, Jean-Pierre Lozato-Giotard, Ed° Delachaux et Niestlé, 19 €

Le « Paris » de la solidarité

Et si ensemble, on sauvait le monde? Pour nous aider à franchir le pas, le premier salon des Solidarités a lieu ce week-end à Paris, au Parc floral.

Inauguré par Rama Yade, la secrétaire d’Etat chargée des Affaires Etrangères et des Droits de l’Homme, le premier Salon des Solidarités rassemble près de 200 exposants agencés en 3 pôles (Projets, Ressources et Prestataires) et un espace recrutement.

Organisé par Humanis et ASAH, il permet de s’informer sur affiche_paris.jpegla diversité des actions menées (social, humanitaire, insertion, commerce équitable…), de rencontrer des acteurs clés de la solidarité en France et dans le monde (ONG, associations, institutions, etc, prefessionnels ou étudiants) ou de favoriser des partenariats. Egalement, des conférences, projections, expositions et des animations pour les enfants. Parce qu’il n’est jamais trop tôt pour ouvrir les yeux sur le monde. Parce qu’il n’est jamais trop tard pour agir! www.salondessolidarites.org

Parc Floral de Paris : Esplanade du Château de Vincennes, 75012 PARIS. De 10h à 19h. Tarifs : 5 €, réduit 3 €. Pass 3 jours 10 €, réduit 7 €.

Et aussi :
le 3e festival mondial de la Terre.
Organisé dans plus de 30 pays, l’événement a pour objectif d’informer sur les initiatives relatives à l’écologie et au développement durable, de sensibiliser sur les enjeux de la protection de l’environnement pour la paix et l’avenir de la planète. Concerts, ateliers, conférences, expositions rythment et animent le village interactif. Yann Arthus Bertrand et Nicolas Vanier entre autres font partie du comité de soutien.www.festivaldelaterre-idf.org

Expo écolo : Elodie Brunet, le design équitable

Elodie Brunet est une designer française innovante dont les créations de textile végétal allient une démarche de développement durable à des créations raffinées et poétiques. Du 18 avril au 16 mai, elle présente sa nouvelle collection au Showroom Aleth Vignon.

Respect de l’homme et de la nature
Composée notamment de tentures de décoration, coussins, chemins de table ou rideaux vaporeux, la gamme Sli-on est fabriquée aux Philippines en collaboration avec une association locale composée de femmes au savoir-faire artisanal exceptionnel. Une collection en fibres de soie et d’ananas résistantes et aériennes, tissées à la main, sans traitements chimiques.

Engagement collectif
Elodie Brunet fait partie du collectif Créateurs d’autrement, des designers engagés soucieux de la protection de l’environnement comme de la qualité de travail et de vie de leurs partenaires.

Du 18 avril au 16 mai Atelier Aleth Vignon 98 rue Legendre Paris 17e. Du mardi au samedi 15h-19h30 et sur rendez-vous au 01 42 63 75 40. www.elodiebrunet.com et www.createursdautrement.com

Histoires d’eau_histoire d’hommes

Ressource naturelle vitale, l’eau s’épuise et se raréfie. Au coeur de la survie planétaire, l’or bleu sonne comme un défi de plus dont les enjeux, comme les contraintes sont à la fois humains, économiques et politiques. En cette Journée mondiale de l’Eau, l’UNESCO appelle à la prise de conscience.

Gaspillage, pollution, réchauffement climatique, pauvreté, conflits, accroissement de la population mondiale sont parmi les causes – ou conséquences- directes de la pénurie d’eau. Paradoxalement, bien que la Terre soit composée à près de 70% d’eau, à peine 0.5% (sur les 3% d’eau douce) est utilisable par l’homme. Il ne s’agit donc pas tant de quantité que de répartition et de qualité exploitable. Une donnée essentielle pour comprendre l’urgence de la situation et son importance sur la durabilité de notre environnement et de notre développement.

Un enjeu vital
Aujourd’hui, plus d’un milliard de personnes n’ont pas accès à une eau potable, causant chaque année près de 7 millions de décès dont celui de 2 millions d’enfants. Au problème de l’accès inégal à l’eau potable d’une partie du monde à l’autre, s’ajoute celui de la quantité d’eau disponible par habitant. Selon les derniers rapports, celle-ci devrait diminuer de moitié d’ici à 2050.
Dans les pays les plus pauvres, principalement en Afrique et en Asie, le manque de moyens et/ou de volonté ne permet pas de mettre en place les aménagements nécessaires et suffisants pour rendre l’eau accessible, la traiter et la purifier. D’où la prolifération exponentielle des maladies et épidémies liées (diarrhées, paludisme, choléra), la famine… Une prolifération qui peut aussi être provoquée ou accentuée par des variations climatiques ou des catastrophes naturelles, fréquentes dans les zones concernées.

Une crise planétaire
Les états récurrents ou persistants de sécheresse, l’exploitation excessive de l’eau – notamment pour l’irrigation- favorisent la réduction des niveaux d’eau. Parallèlement, la pollution liée notamment aux rejets de produits industriels détériorent la qualité de l’eau et de l’environnement.
Dans certains pays, des jardins luxuriants et piscines sont un luxe provocateur insupportable à quelques mètres parfois de logements insalubres et autres bidonvilles. Les habitants de ces derniers n’ont pas accès à l’eau courante et se voient alors contraints d’avoir recours à des services privés de distribution coûtant jusqu’à 10 fois plus cher que ceux des services publics.
Autant de raisons qui doivent engager les Etats et les responsables des réseaux de distribution à garantir et faciliter l’accès à une eau douce, assainie et potable pour tous, unis dans une politique responsable locale et nationale.

Le pouvoir et l’interdépendance
Le manque d’eau a des conséquences sur le développement économique, l’accès à une activité rémunérée (notamment pour les femmes auxquelles incombent dans certains pays, l’approvisionnement en eau et le soin des enfants malades), les inégalités, l’autonomie des populations.
Des enjeux qui prennent des visages forcément politiques dans la mesure où de nombreuses ressources d’eau traversent plusieurs pays, les rendant de facto interdépendants. Elles peuvent donc constituer de multiples occasions de divisions et de tensions liées à la gestion de l’eau de part et d’autre des frontières, voire devenir un dangereux moyen de pression. Chaque action dans un des états ayant des implications parfois irréversibles chez son voisin tant sur le plan humain que sur les plans agricole, industriel, énergétique, domestique et environnemental.

L’urgence à long terme
Faciliter un accès à l’eau potable pour tous, négocier et pérenniser des accords transfrontaliers pour garantir la sécurité, le développement et la survie des peuples, consommer et utiliser moins et mieux, mettre en place des moyens de préserver la qualité et la quantité de nos ressources – notamment en eaux souterraines, et anticiper sur les risques climatiques sont des conditions sine qua non pour assurer notre avenir. Eau, pauvreté, développement, santé, paix, sécurité, durabilité: tout est lié.