Stop aux violences sexuelles faites aux enfants

80 % des violences sexuelles faites aux moins de 10 ans sont commises par des proches

 » Stop aux violences sexuelles faites aux enfants  » !, le livret pédagogique réalisé par Bayard Jeunesse avec l’aide de nombreuses associations*. Un livret pour informer les enfants sur les situations qui doivent les alerter et leur donne des conseils pour bien réagir. Que ce soit sur Internet, avec son entraîneur ou son oncle préféré, il y a des comportements qui ne sont pas « normaux » et qui représentent un danger. Des comportements dont il faut parler pour se protéger. Évoquées en BD, ces situations permettent de s’identifier facilement.

Parce que tout le monde – quels que soient l’origine et le milieu social – peut être concerné ; parce qu’être informé est la meilleure des préventions, ce petit livret est à partager et à lire avec les enfants sans modération, à l’école comme à la maison.

livret stop violences sexuelles faites aux enfants

– Le site de Bayard Jeunesse : https://www.bayard-jeunesse.com/actualites
– Le 119 : le numéro d’appel gratuit, jour et nuit et confidentiel, pour les enfants et leurs proches pour signaler toute forme de violence faite à un enfant et se faire aider. En savoir plus sur  www.allo119.gouv.fr/
– Les vidéos associées au livret https://www.youtube.com/watch?v=HoLMc3dlVqQ


*Un livret réalisé avec l’aide de la Fondation Action Enfance, les Apprentis d’Auteuil, le Bureau international catholique de l’enfance, le Centre de victimologie pour mineurs, Enfance et partage, l’Unicef, les Scouts et guides de France, SOS Villages d’enfants, la Croix, l’UCPA et la Fondation Meeschaert. Il a reçu le soutien du Défenseur des Droits

Publicités

ONG ‘More than me’ : l’enquête

Investigation : à voir et à lire « UNPROTECTED », une enquête du TIME et de ProPublica sur l’ONG américaine « More Than Me », engagée pour la scolarisation des filles. Une ONG dont le cofondateur, aujourd’hui décédé, a commis pendant plusieurs années des viols répétés sur des filles scolarisées dans leur école (bidonville de Monrovia, Liberia). Une ONG qui savait et dont la fondatrice et plusieurs de ses membres ont refusé d’admettre la vérité et d’agir en conséquence. Et ce n’est pas tout.

.
Présenté lors du festival du film d’investigation Double exposure, le documentaire pose la question de l’immense responsabilité des personnes qui agissent au nom de l’amélioration des conditions de vie, de la protection de vies humaines tout en laissant commettre / commettant l’irréparable. Elle interroge aussi sur la nécessité de rester vigilant vis à vis de ceux qui se disent « humanitaires » sans en avoir les compétences ni l’éthique et semblent investis à tout prix d’une mission de sauveur en faveur de populations fragiles : « A lot of time, people come from outside and they underestimate the power of Liberians. They think that we are all stupid people with little or no education. Our system is fragile and they can get away because their skin is white  » (Iris M., infirmière à MTM).

Il interpelle par extension sur le fait que partout dans le monde, la lutte contre toute forme de violence doit être poursuivie ; que chacune de ces violences, particulièrement les violences sexuelles commises à l’encontre des enfants, par qui que ce soit (notamment les humanitaires, militaires, dignitaires, enseignants, éducateurs, ecclésiastiques, médecins, parents au sens large… NDLR) doit être fermement punie par une loi. La protection physique et psychologique des enfants, la garantie de leur accès aux droits fondamentaux et au bien-être afin qu’ils grandissent dans de bonnes conditions sont une priorité absolue.


• Lire l’enquête sur le site du TIME : http://time.com/longform/more-than-me-investigation/
• En savoir plus sur ProPublica : https://www.propublica.org/about/
• Double Exposure : https://doubleexposurefestival.com/

A lire : Enfance, au cœur des souffrances

À lire absolument, le dossier du quotidien La Croix réalisé avec la Brigade de protection des mineurs. Pousser la porte de l’intime et lire les mots d’enfants victimes de violences et de maltraitances inacceptables. Une urgence absolue : les protéger, prévenir et faire connaître très largement cette réalité massive, invisible et taboue pour mieux agir.

Extrait : « Du haut de ses 7 ans, Enzo se raconte volontiers : l’école, les bagarres avec son cadet et « papa qui gronde ». Comment ? « Parfois ça fait mal. Parfois moyen mal », lâche-t-il, refusant d’en dire plus, « sinon mes parents disent que ça va faire toute une histoire ». Et puis, sans prévenir, il devient intarissable. Et raconte ce père qui lui « cogne la tête contre le mur quand la chambre est trop en désordre », les « coups de chaise » lorsqu’il est trop bruyant. Et « les mains de papa qui serrent très fort le cou », ajoutant dans un rire forcé : « Il dit toujours qu’il va m’étrangler mais il ne le fait jamais ! » Dehors, le ciel hésite entre le bleu parme et le gris cendre. « Tu ne diras rien, hein ? Sinon, ça va recommencer », s’inquiète- t-il, en fin d’audition. « 

Une LA croix 190618