Reportage de guerre : Michaël Zumstein

Être vigilant, donner un point de vue, réaliser des images qui ont du sens et résister à la demande/consommation de photos sensationnelles qui n’informent pas et banalisent. Garder à l’esprit le risque de manipulation. Rester en vie aussi…

Lire l’interview du photographe Michaël Zumstein : Le sang n’est pas la preuve que la photo est bonne. (Nouvel Observateur, 30 août) : « Pour sa 26e édition, le festival Visa pour l’image de Perpignan expose ses photos sur le conflit centrafricain dans une série intitulée « De terreur et de larmes. » Un reportage au long cours de plusieurs mois, commencé début septembre 2013, à l’aube de la lutte armée qui allait opposer la Séléka, mouvement rebelle à majorité musulmane, et les anti-balaka, milices chrétiennes d’autodéfense. De la formation des milices aux multiples exactions commises par les deux camps, le photographe a suivi toutes les évolutions du conflit dont…

Le site de Michaël Zumstein : michael-zumstein.com
Publicités

Photo : festival Circulation(s)

Circulation(s), c’est « le » nouveau festival porté par l’association Fetart, qui fait partie des nouvelles références françaises sur la scène de la photographie contemporaine. Son ambition : faire découvrir des talents de la jeune photographie européenne pour Lire la suite de « Photo : festival Circulation(s) »

Tendance Floue : zoom sur Thierry Ardouin

Co-fondateur du collectif Tendance Floue, représenté par la Galerie Baudoin Lebon,  Thierry Ardouin est de ces photographes qui prennent le temps : celui du monde qui les entoure, de la lumière, des atmosphères. Celui du regard libre, de l’exigence, des mots choisis. Le paysage est son territoire d’exploration, empreint de correspondances personnelles.

Sa nouvelle exposition, La bonne mauvaise graine vient de commencer au cœur de Paris. Totalement inédite sur la forme artistique, elle pose aussi une question de fond : celle de Lire la suite de « Tendance Floue : zoom sur Thierry Ardouin »

La Villette_projections…

En reportage photo pour quelques semaines dans un service hospitalier, petite pause en ces chaudes soirées d’été. Histoire de prolonger les plaisirs avec un fm2 que j’aurais du acquérir bien plus tôt ! Et non, la photo n’est pas retouchée…

paris_la villette_cinema plein air_2009_virginie de galzain.jpg

Série “Les temps modernes (nikon fm2, portra 400 vc, af 35mm) © Virginie de GALZAIN

PHOTO_47, portraits d’insurgés. De Pierrot Men & Raharimanana

Les photographies, textes et recueils de témoignages présentés sur ce blog ne sont pas libres de droits. Photos reçues de Pierrot Men et mises en ligne avec son accord.

Un papier que je publie à nouveau sur une expo à voir absolument si vous passez par Avignon d’ici au 29 juillet. De mémoire, peu de retours presse dessus (hors « remaniement » de dossier de presse ?) ce qui est absolument insensé compte tenu du niveau, de la qualité, de la sensibilité de l’événement ; de la force et de l’intérêt du thème, des photos et Lire la suite de « PHOTO_47, portraits d’insurgés. De Pierrot Men & Raharimanana »

Philip Blenkinsop : Visa d’or news

Samedi dernier, lors de la semaine professionnelle du 20e festival Visa pour l’image, à Perpignan, étaient décernés les prestigieux Visa d’or. C’est le photographe australien Philip Blenkinsop qui a remporté le Visa d’or ‘news’ pour son reportage sur le tremblement de terre au Sichuan, en Chine.

Né en 1965, Philip Blenkinsop figure parmi les photojournalistes les plus importants de sa génération. En 1989, il quitte le quotidien The Australian, pour s’installer à Bangkok, en Thaïlande. Un pays au coeur d’importantes mutations. Depuis, il travaille essentiellement en Asie, et témoigne par l’image des dures réalités des conflits, des catastrophes humanitaires. L’horreur figée entre la vie et la mort, expression d’une violence extrême et d’un rapport extrême à la violence.  » Une violence omniprésente en Asie, à laquelle les Occidentaux ne sont pas habitués, que les photographes eux-mêmes ont du mal à représenter telle quelle «  précise-t-il.

Des Philippines au Népal, de la Birmanie au Laos ou à la Thaïlande, etc, il rend la vie aux oubliés, immortalise l’oppression, donnant à voir aux yeux du monde un quotidien cruel voire infernal. Une photo témoin extrêmement marquante, dénuée de censure. Un document inestimable qui ouvre les consciences, et une perception personnelle de moments clés, historiques, identitaires, dans une dimension humaniste hautement artistique.

Récompensé de nombreux prix, il est aujourd’hui l’un des membres de NOOR images, fondée fin 2007. L’agence rassemble neuf photographes, et pas des moindres (Pep Bonet, Stanley Greene, Francesco Zizola, mais aussi Samentha Appleton, Jon Lowenstein, Yuri Kozyrev, Jan Grarup et Kadir van Lohuizen), engagés dans une volonté de compréhension du monde, dans la pure tradition du photojournalisme. Un documentaire est actuellement en cours sur son travail. En voici dix minutes.


LE SITE : www.noorimages.com

PHotoEspaña 2008

PHotoEspaña attire chaque année à Madrid plus de 600 000 visiteurs. Pour sa onzième édition, un des plus importants festivals de la photographie et des arts visuels contemporains réunit 230 artistes et créateurs originaires de 35 pays, autour d’un thème : le lieu. Territoire d’exploration infini, d’expérience ou de rencontres, d’isolement ou d’errance, zone frontalière, espace idéologique ou cadre de vie…, le lieu – public ou confidentiel – est exposé aux multiples variables du regard, de la perception, et de l’écriture artistique, en interaction permanente avec le photographe.


PHotoEspana2008 © 2008 VG Bildkunst, Beate Gutschow, Barbara Gross Gallery, Munich

Jusqu’au 27 juillet, près de 69 expositions, installations et projections, mais aussi des rencontres et débats, master class, ateliers pour les enfants, sont ainsi proposés au grand public et aux professionnels de l’image. Carrefour artistique innovant, PHotoEspaña se démarque par sa volonté de mettre en avant des valeurs montantes et jeunes talents, aux côtés de ceux qu’on appelle les maîtres, tant dans des lieux d’exposition traditionnels que sur des sites alternatifs, jusque dans les rues de la capitale. On pourra découvrir ou revoir, notamment, les oeuvres de Florian Maier-Aichen, Mathieu Pernot, Yves Gellie, Marcellvs L., mais aussi Bill Brandt, W. Eugene Smith et Leonardo Cantero. Une programmation à découvrir en in et en off.

Infos :
www.phedigital.com & www.lafabrica.com

PHotoEspana 2008© Robert Smithson, Hotel Palenque, 1969-72. Solomon R. Guggenheim Museum, New York

Premier Festival de l’image environnementale

Le premier Festival International de l’image environnementale s’ouvre au public le 15 mai au Parc de Bercy à Paris. Quel regard les artistes portent-ils sur la problématique environnementale ?

Photographies, projections, vidéos et installations offrent à voir leurs points de vue sur des enjeux reconnus comme essentiels à la vie, voire à la survie de l’homme et de la planète. Également, des ateliers, documentaires et conférences. A voir ou à revoir enfin, An inconvenient truth, de Al Gore et The 11th hour, de Leonardo Dicaprio.
www.fiie.fr

PS : Soleïman Badat fait partie de la sélection ;)

Culture Aventure, le voyage passion

François Picard, 30 ans, est journaliste. Après des années de voyage à travers le monde, il décide de créer l’association Culture-Aventure dont le festival du même nom se tient ce week-end à Paris à la Maison des Cultures du Monde. Rencontre.

culture-aventure.png


Culture Aventure, deux mots clés pour une association : votre définition ?

François Picard : à l’origine, Culture-Aventure devait être une petite structure administrative pour récolter des financements pour le voyage à vélo de quatre amis à travers l’Ukraine, la Russie, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. Nous n’avons finalement pas eu de subventions, mais l’association est devenue un carrefour de passionnés de voyages, avec de nombreux bénévoles !
Son objectif ? Mettre en avant la diversité du monde en donnant la parole à ceux qui l’explorent. Nous diffusons ainsi des films de voyageurs lors du festival annuel et au cours de projections publiques chaque lundi, à Paris. – Des projections privées sont également organisées pour les CE, centres d’animations. – Et nous avons mis en place une « librairie nomade » grâce à laquelle les voyageurs qui sortent des sentiers battus peuvent faire découvrir leurs productions DVD ou leurs livres. La plupart de ceux que nous soutenons ne sont pas forcément des « baroudeurs professionnels ». Ils sont aussi bien profs, bûcherons, retraités ou comédiens, etc. En revanche, ils ont tous décidé un jour d’assouvir leur curiosité en osant larguer les amarres, quelques mois voire quelques années.

Quels seront les temps forts de ce week-end festival ?
F.P. : samedi à 13h15, nous partons à cheval à la rencontre d’un peuple méconnu de la Patagonie argentine, les Mapuches. Ce film est un vrai bijoux ! Olivier Soudieux et Carole Soubiran nous feront vivre une année de traversées de l’Himalaya à pied ! Une aventure incroyable qui nous mène au devant de Tibétains, de Népalais, de Maoïstes entre autres. Quant à l’écrivain-voyageur Christophe Cousin, il nous fera partager ses rencontres avec les nomades kirghizes. Dimanche à 16h15, nous présenterons un film inédit sur une traversée en canoë du Kamtchaka (extrême Est russe). Guillaume Julian, un amoureux de la nature, évoquera sa rencontre avec des braconniers.
En réalité, nos coups de cœurs sont nombreux : traversée du Groenland à ski, traversée du Ténéré à pied, de l’Afrique ou de l’Amérique du Sud à vélo sans oublier un tour du monde sur le thème du théâtre. Tout est l’occasion d’un fabuleux voyage et de découvertes inoubliables.

Comment participer aux projections et au festival ?
F.P. : il suffit de nous envoyer un film. Qu’il nous raconte un voyage, ses rencontres. En 2009, nous allons poursuivre le développement des projections du lundi. Une fois par semaine à Paris, nous organiserons une projection-rencontre sur le thème du voyage : un vrai rendez-vous de voyageurs au cours duquel certains pourront exposer leurs photos, dédicacer leurs livres, parler de leur association. Avant la diffusion, nous donnerons la parole aux invités, pour donner un côté très convivial à chaque soirée.
À titre personnel enfin, je sors un livre sur ma traversée de la Chine à vélo chez Artisans-Voyageurs, en mai. En 2009, j’espère avoir fini un récit sur mon périple au fil du Pakistan, de l’Inde et du Bengladesh, toujours à deux roues ! C’est beaucoup de travail et en ce moment plus que jamais, le festival est un bénévolat à temps plein. Venez nombreux !

Festival Culture Aventure : les 16 & 17 février 2008 (de 11h30 à 21h30). Maison des Cultures du monde : 101, bd Raspail, Paris 6e. Tarif : 5,50 €. Pack 4 projections : 18 €. www.culture-aventure.fr