PHOTO : D’Agata. Un documentaire. Une expo.

 » Mon seul enfer, c’est moi. Ma seule issue, mon seul espoir c’est l’Autre  » Antoine d’Agata

Membre inclassable de l’agence Magnum, Antoine d’Agata repousse sans cesse les limites ; toutes les limites ; les siennes ; celles d’une société qui broie, conditionne, dépossède et annihile l’individu ; celles de l’ordre ; de la morale ; des tabous ; des archétypes ; des interdits ;  celles de l’esthétique ; du sens de l’image ; de l’essence même de l’acte photographique ; de la condition de l’être humain ; de la vie, de la mort.

Chaos. Intimité.  Subversion.  Autodestruction. Oppression. Obsession.  Désir. Douleur. Perversion. Aversion. Dégout. Horreur. Peur. Folie. Hallucination. Fascination. Cynisme. Déviance. Art. Esthétique. Equivoque. Trouble. Malaise. Sens. Silence. Solitude. Folie. Lucidité. Inconscience. Errance. Fuite. Illusion… Quelques-uns des mots qui viennent à l’esprit lorsqu’on se trouve face aux images du photographe Antoine d’Agata. Quelles que soient les émotions, les accords ou les divisions qu’il provoque, son travail ne laisse personne indifférent.

http://www.festivalpointdoc.fr/la-chambre-cambodgienne.htm
The Cambodian Room
© Giuseppe Schillaci et Tommaso Lusena De Sarmiento

Tommaso Lusena De Sarmiento et Giuseppe Schillaci l’ont suivi à Phnom Penh et en ont tiré un documentaire de 55 minutes : The Cambodian room. Prix spécial du jury au Torino film festival 2009, il  révèle un portrait éprouvant, dur et troublant d’un homme qui n’engage que lui-même, dont la photographie se confond corps et âme avec son existence, dans une tension vers l’extrême, vers ce qu’il appelle un  » sentiment d’être « . Un point de non retour ?
Le documentaire peut être vu encore quelques jours sur le site du Festival PointDoc* (sur lequel vous pourrez découvrir la présélection dont il fait partie), ce, en attendant une prochaine diffusion à préciser sur Arte, et un DVD.

Autre actualité, l’exposition Ice, une rétrospective en cours de préparation au musée Nicéphore Niépce, à Chalon-sur-Saône. Elle comprendra notamment des pièces appartenant aux séries La frontière, Insomnia, Situations, Agonie, mais aussi des planches, une projection et une partie qui évoluera de façon hebdomadaire, au gré de l’éditing du photographe. Le tout sur une scénographie dite expérimentale.

Spectrales, introspectives, noires, les photographies, les films d’Antoine d’Agata sont l’aperçu d’une réaction au monde. Une mise à nue qui puise son expression dans l’épreuve de la nuit, de l’enfermement, du sexe, de la drogue jusqu’à l’épuisement. Une confrontation physique frontale violente, une fuite, mues par une quête insatiable d’un essentiel ou d’un absolu fatal.


© Antoine D’Agata / Magnum Photos, Courtesy Magnum Gallery

PRATIQUE
– Le site du docu www.cambodianroom.net
– Le festival Pointdoc : www.festivalpointdoc.fr
créé par Mahalia Frizon et Marie Blandin, réalisatrices, cette première édition présente une sélection de 20 documentaires d’auteur pas ou peu diffusés. L’objectif : valoriser des talents peu visibles, donner un nouveau souffle à un genre exigeant et destiné à tous. Outre le prix du jury, les Internautes sont invités à voter pour désigner leur coup de coeur.
– L’exposition : du 12 février au 15 mai 2011. Musée Nicéphore Niépce 28 quai des Messageries, Chalon-sur-Saône. www.museeniepce.com
– L’agence Magnum photos : www.magnum photos.com

2 thoughts on “PHOTO : D’Agata. Un documentaire. Une expo.

  1. J’ai vecu la chambre cambodgienne  » same same  »
    Bravo Antoine !!!! enfin du Courage !!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s