PHOTO : Ricardo Rangel n’est plus

Le photojournaliste mozambiquais Ricardo Rangel est décédé jeudi dernier à l’âge de 85 ans. Né en 1924, il met un premier pied dans l’univers de la photo en entretenant la chambre noire d’un chasseur d’éléphants également photographe, avant de travailler pendant près de 10 ans comme tireur au sein du studio Focus, pour Le Noticias, le Guardian de Lourenço Marques…

1952 marque le début de collaborations multiples, celles d’un témoin de la vie de son pays, en proie à des bouleversements politiques, économiques et sociaux très forts : de la fin de cinq siècles de colonisation portugaise à l’indépendance (1975), en passant par une guerre civile longue et meurtrière, avant la mise en place des premières élections libres en 1994.

Premier photojournaliste de couleur dans un pays opprimé, où l’image est longtemps un média rare d’information et de résistance soumis à la censure et à la destruction, il connaît la prison à plusieurs reprises. Engagé, révolté, aimant, il n’hésite jamais à évoquer les injustices et la barbarie colonialistes, les coulisses des combattants, les conditions de vie parfois inhumaines des Africains, des siens. De nombreuses expositions permirent aussi de découvrir des images de la vie quotidienne, vue à la lumière du jour ou sous les lueurs nocturnes. Une mémoire visuelle, intellectuelle et affective de plus de 50 ans de l’histoire du Mozambique.

ricardo rangel_afronova gallery
Courtesy Afronova Gallery © Ricardo Angel (In the embrace of the night, 1970)

Considéré comme l’un des pères de la photographie africaine (sur laquelle je reviendrai sans doute plus tard), Ricardo Rangel participe aussi au développement, à la professionnalisation et à la promotion de cette dernière en créant au début des années 1980 l’association mozambicaine des photographes puis le Centre de documentation et de formation à la photographie.

Son approche est et demeure celle d’un homme qui resta libre et fidèle à ses convictions, qui perçut et vécut à fond la réalité de façon sensible, neuve et intuitive. Une réalité blessée, instable et précaire qu’il  nous transmet sur un mode à la fois brutal et authentique, artistique et profondément touchant, plein de ses influences personnelles et affranchi de carcans académiques. Reste l’essentiel : des regards intenses qui ne vous quittent plus, la vie, l’humain.

www.afronova.com/Ricardo-Rangel.html
Pour une première approche : Ricardo Rangel. Éd.de l’Oeil/carnets de la création. 5,50 €.

Publicités

Un commentaire sur « PHOTO : Ricardo Rangel n’est plus »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s