Ecotourisme : impact planétaire

Face au tourisme de masse, l’écotourisme apparaît aujourd’hui comme LA solution possible et nécessaire pour la sauvegarde de notre planète. Le point avec Pascal Languillon, président fondateur de l’AFE (Association française d’écotourisme).

association-francaise-decotourisme.jpg

√ L’environnement est l’enjeu clé du tourisme de masse. Quelle est votre définition de ce qu’on appelle l’écotourisme ?
Pascal Languillon:
L’environnement est en effet l’un des enjeux clés du tourisme de masse, mais il n’est pas le seul. Il y a également la préservation de la culture des lieux visités, la lutte contre la misère sociale, etc. L’écotourisme est un tourisme qui tente de minimiser les impacts négatifs du tourisme et de  » maximiser  » ses bénéfices : participer à la protection de l’environnement, favoriser le bien-être social et valoriser la culture des destinations. Il se pratique particulièrement au sein de structures à taille humaine, et revêt plusieurs formes (tours guidés au sein des milieux naturels, hébergement en hôtels écologiques, du plus rustique au plus luxueux, etc). Il peut se pratiquer en France ou à l’étranger, et relève d’une philosophie du voyage plus que d’une liste de pratiques standardisées.

Toutefois, il ne doit pas être confondu avec de l’humanitaire. L’écotourisme, ce sont des vacances avant tout, du plaisir ! On peut trouver par exemple un séjour à la rencontre des phoques dans la Baie de Somme ou bien une péniche solaire sur le Canal du Midi, un écolodge de luxe au Costa Rica ou une kasbah traditionnelle au Maroc, comme un voyage au rythme des nomades en Mongolie… De nombreux autres exemples comme celui-ci existent.

√ L’impact des comportements liés au tourisme est primordial. Et la prise de conscience se doit d’être générale, mondiale. Quels sont les gestes simples de l’écotouriste ?
P.L: A mon sens, il faut surtout savoir où on part et pourquoi : nombreux sont ceux qui choisissent encore leurs vacances par rapport à une offre tarifaire et un concept farniente (all-inclusive, …) plutôt qu’à un véritable intérêt pour un pays, d’où des comportements parfois peu respectueux dans les pays visités. Il faut savoir s’intéresser au patrimoine de la destination visitée, s’enrichir de la différence plutôt que de s’enfermer entre quatre murs de béton.

Afin de réduire son impact écologique, on peut bien sûr privilégier quand c’est possible le train, le vélo… Adopter quelques bonnes habitudes, valables dans la vie de tous les jours, comme éviter de jeter ses déchets dans la nature et les mettre dans une poubelle, ne pas arracher ni piétiner la végétation, respecter la faune et son habitat, éviter de gaspiller l’eau et l’énergie. Mais aussi s’informer sur la culture et les traditions locales, avoir des comportements adaptés aux niveaux relationnel et vestimentaire notamment… Enfin, nous conseillons également aux touristes de bien choisir leur hébergement et tour opérateur, en s’intéressant aux engagements de ces derniers pour le développement durable. C’est d’ailleurs la raison d’être de notre site Voyagerpourlaplanète.com.

L’écotourisme, phénomène de mode lucratif et galvaudé ou philosophie de vie pour l’avenir de la planète ?
P.L: L’écotourisme n’est malheureusement pas toujours lucratif ; s’il existe un intérêt réel et croissant de la part du public, le marché reste encore aujourd’hui très étroit et de nombreuses structures très impliquées dans le développement durable ont beaucoup de mal à pérenniser leurs actions. D’un autre côté, il existe de « gros » tours opérateurs solides qui commencent à utiliser les termes « écotourisme » et « responsable », il est vrai dans une démarche qui pourrait être qualifiée dans certains cas d’opportunisme marketing.

Pour autant, l’écotourisme est un mouvement qui est loin d’être galvaudé car en pleine renaissance. De nouvelles offres apparaissent tous les jours aux quatre coins du globe adaptées à chacun, et pas forcément plus onéreuses ni élitistes, contrairement aux idées reçues. L’avenir de la planète intéresse maintenant beaucoup de monde, et il y a fort à parier que la plupart des opérations touristiques du siècle à venir seront pensées avec l’environnement en tête.

POUR EN SAVOIR PLUS
www.ecotourisme.info & www.voyagespourlaplanete.com


A LIRE
Le chemin vers l’écotourisme
, Jean-Pierre Lozato-Giotard, Ed° Delachaux et Niestlé, 19 €

One thought on “Ecotourisme : impact planétaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s