A l’est d’Aden : les passeurs de la mort

Chaque jour dans le monde, des milliers de personnes tentent de fuir leur pays ravagé par la guerre, l’insécurité, la pauvreté, la famine, la sécheresse… vers un ailleurs promesse d’un monde meilleur. Un drame humanitaire, politique et économique dont profitent les passeurs.

Eldorado_infierno
L’UNHCR (Haut commissariat des Nations Unis pour les réfugiés) dénonce aujourd’hui la reprise du trafic mortel d’êtres humains entre la Somalie et le Yémen. Dernier exemple en date, celui de plus de 100 personnes portées disparues ou décédées dans des conditions effroyables dans le golfe d’Aden, lien maritime entre la Somalie, l’Ethiopie et le Yémen. Le Yémen qui voit arriver chaque jour sur ses terres des centaines de migrants en quête d’espoir.

Le commerce de l’horreur
Pas d’états d’âme pour ces passeurs, trafiquants criminels qui monnayent la traversée à prix d’or. Un voyage vers l’enfer pour des milliers, désespérés au point de confier leur sort à une mer parfois déchaînée et à des hommes qui leur font miroiter un espoir de liberté.

A l’arrivée, le récit des survivants, quand il y en a, dépasse les pires fictions. Réduits à l’état de marchandises sans aucune valeur, les passagers subissent toutes les abominations : absence d’eau et de nourriture, violences, viols, avant d’être jetés à l’eau. L’envers d’une liberté au visage inhumain, que beaucoup payent de leur vie.

LIENS
Un livre : Eldorado de Laurent Gaudé, Actes Sud. La tragédie d’émigrants clandestins africains vue, notamment, par Salvatore Piracci, commandant d’un navire d’interception. Celle de « ces hommes assoiffés d’Eldorado, qui ont la richesse de ceux qui ne renoncent pas, qui rêvent toujours plus loin, jusqu’au bout de leurs forces, jetés en pâture à la mer. »

Deux photographes :
Michel Lozano, qui travaille depuis plusieurs années sur l’immigration clandestine entre le Maroc et l’Espagne. Les naufragés de la nuit révèle la terrible réalité des candidats à « un monde meilleur »  www.michellozano.com et www.photographie.com/?pubid=103956&secid=3&rubid=1
Raphaël Blasselle avec Migrants, co-réalisé en Sicile avec Daniele Comberiati. www.raphaelblasselle.eu

raphael-blasselle_persona-sconosciuta.jpg
©Raphaël Blasselle
Advertisements

One thought on “A l’est d’Aden : les passeurs de la mort

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s